Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Extrait : 

Soeurs sorcières - Livre 3 (3)

Auteur : Jessica Spotwood
Editeur : Nathan

Je laisse Maura plantée au milieu de la neige qui tourbillonne. Je ne peux pas voir une seconde de plus sa mine satisfaite, ou je ne répondrai plus de mes actes.
Je rentre dans le prieuré et reste un moment adossée à la lourde porte refermée. Des gouttes tombent de ma cape, mais j'ai les yeux secs. Tout me paraît... irréel. Harwood est vide, Zara est morte, et Finn ne se rappellera plus rien de ce que nous avons fait, ni rien nous concernant, lui et moi. Depuis le début de ce long combat, la pensée de notre avenir commun m'a guidée. La promesse qu'à la fin nous serions ensemble m'a portée en avant, lors même que les obstacles semblaient insurmontables.
Comment vais-je pouvoir continuer sans ce soutien ? Sans lui ?
Tess se précipite vers moi. Elle a dû guetter le bruit de la porte.
«Cate, te voilà ! Alors ? Comment ça s'est passé à Harwood ? Je me suis fait un sang d'encre, tu...» Mais je suis raide entre ses bras et elle recule, m'observe attentivement. «Qu'y a-t-il ?
- Maura sait que tu es la sibylle.» Je serre mes bras autour de moi, comme pour éviter de me désintégrer. Je viens juste de le remarquer, j'ai du sang sur la main droite.
Le sang de Zara.
«Maura le sait ? Comment ça ?
- Je le lui ai dit.
- Mais...» Ma petite soeur semble pétrifiée. «Tu avais promis.»
Sa stupeur m'accable. Je ne suis pas du genre à rompre une promesse faite à mes soeurs. Ni à personne d'autre, d'ailleurs. Je ne donne jamais ma parole à la légère.
C'est la faute de Maura, aussi. C'est elle qui m'a poussée à rompre ma promesse.
Tess s'assombrit, son regard se fait ciel d'orage. «Pourquoi le lui avoir dit ? Nous étions d'accord pour attendre.»
L'aveu m'échappe : «J'ai voulu la blesser. Rien d'autre ne comptait.» Maura désirait si fort être la sibylle, la sorcière de la prophétie, celle qui sauverait la Nouvelle-Angleterre. Assez fort pour me trahir.
Qu'a-t-elle effacé d'autre, en plus de moi ? Au cours de ces dernières semaines, la vie de Finn et la mienne s'étaient étroitement entremêlées. Il ne va pas comprendre pourquoi sa mère a fermé leur librairie. Il va s'en vouloir à mort d'avoir rejoint l'ordre des Frères, surtout maintenant que ceux-ci, non contents d'emprisonner des innocentes, les soumettent à la torture et à la faim.
Je serre les poings pour ne pas hurler ; si je commence, pourrai-je m'arrêter ?
«Tu as voulu la blesser», répète Tess, incrédule. Elle me regarde comme si je rentrais de cette expédition en étrangère. «Et tu t'es servie de moi pour le faire. Tu ne...
- Zara est morte.» Je suis tellement en rage d'un seul coup. Tant pis si je lui coupe la parole. «Tu le savais, qu'elle allait mourir. Tu aurais pu me faire la grâce de me préveriir !»
Ses yeux s'emplissent de larmes.