Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Verre cassé

Verre cassé

Auteur :

Editeur : Seuil

Sélection Rue des Livres

L'histoire " très horrifique " du Crédit a voyagé, un bar congolais des plus crasseux, nous est ici contée par l'un de ses clients les plus assidus, Verre Cassé, à qui le patron a confié le soin d'en faire la geste en immortalisant dans un cahier de fortune les prouesses étonnantes de la troupe d'éclopés fantastiques qui le fréquentent. Dans cette farce métaphysique où le sublime se mêle au grotesque, Alain Mabanckou nous donne à voir grâce à la langue rythmée et au talent d'ironiste qui le distinguent dans la jeune génération d'écrivains africains, loin des tableaux ethniques de circonstance, un portrait vivant et savoureux d'une autre réalité africaine.

6,90 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
248 pages
ISBN : 978-2-0208-4953-1
Les avis

L'avis de Rue des livres

Verre cassé, ce sont des histoires de saoulards racontées par un saoulard à qui L’Escargot entêté, le patron du bar Le Crédit a voyagé, ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, demande de devenir son historiographe. Verre cassé, un ancien instituteur chassé de son poste pour ivrognerie, fait la satire des riches et des puissants tout en étant atteint d’une logorrhée (il n’y a aucun point dans son texte) pleine d’humour (« Il n’y a rien de pire que le travail forcé, je ne suis pas son nègre »), de verve crue et de personnages pittoresques comme l’Imprimeur, celui qui, pour son malheur, a épousé une blanche, Casimir le Géographe, le concurrent très spécial de Robinette ou Angélique/Diabolique, l’ex-épouse du pauvre Verre Cassé.
PMD

La presse en parle

Un roman à se tordre et à savourer. L'humour y est coruscant, la vision du monde émouvante et le langage inventif.

Pierre Assouline, Le Nouvel Observateur


Il impose dans 'Verre cassé' une prosodie puissante, sans fioritures ni bavardages. C'est une palabre oratoire, d'une ampleur toute classique où l'humour, la poésie, et la détresse alcoolisée forment un bel alliage.

Jean-Maurice Montrémy, Livres Hebdo

Donnez votre avis