Recherche
Plus d'un million de livres référencés
J'ai ce que j'ai donné

J'ai ce que j'ai donné

Auteur :

Editeur : Gallimard

Du joli compliment que mon père adresse à ses parents le 24 octobre 1900 il a cinq ans ! - au petit mot qu'il envoie à une amie le jour de sa mort, le 8 octobre 1970, ces lettres que retrouvées par hasard dans le joyeux " foutoir " du Paraïs dévoilent certaines facettes de sa personnalité, certains côtés de notre vie qui n'ont pas retenu l'attention des biographes... Malgré une légende tenace, nourrie de clichés et d'inexactitudes, mon père fut profondément, violemment, égoïstement heureux. " On n'a pas fini de m'entendre parler du bonheur qui est le seul but raisonnable de l'existence. " Il était de ces êtres rares qui attachent la même valeur à une jeune pousse d'asperge sauvage qu'au cachemire le plus luxueux, parce que l'une et l'autre lui apportaient du plaisir. Il fut peut-être désenchanté des hommes, mais jamais de la vie même. S'il n'a pas été un homme parfait, il fut ce père exceptionnel qui m'a appris à respirer, à aimer la vie, la musique, à apprécier la chose la plus infime, toucher un tissu, regarder un paysage, boire à une source, si peu de chose pour enchanter une journée entière... Sylvie Durbert-Giono

18,30 €
Vendeur : Amazon
Parution :
232 pages
ISBN : 978-2-0701-2005-5
Les avis

Madame Sylvie Durbet-Giono, fille de Jean Giono, nous offre quelques lettres de son père. C'est gentil. Nous aurions aimé que soient publiées d'autres lettres, des lettres qui auraient permis d'en apprendre vraiment plus sur Giono : les 1300 lettres qui sont conservées à l'Université Yale, que Giono a adressées à Blanche Meyer, sa maîtresse, celle qui inspira sa seconde période, et que la succession refuse de rendre publique. Pour ceux qui ne seraient pas au courant de cette liaison de Giono avec Blanche Meyer, liaison que famille et biographes ont tenté de cacher depuis des années, consulter la page qui lui est consacrée à cette
adresse : http://pages.infinit.net/poibru/giono/index.htm (cliquer sur le lien : Jean Giono et Blanche meyer).

Bruno Poirier

Donnez votre avis