Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Bartabas, roman

Bartabas, roman

Auteur :

Editeur : Editions Gallimard

« Bartabas a inventé ce qui n'existait pas. Il façonne avec ses mains fortes et graciles de la splendeur éphémère. Ce rebelle que le chamanisme a pacifié, ce nomade que l'équitation a conduit à l'extase, cet ambitieux dont la patience a été l'arme secrète, ne ressemble à personne, sauf à lui-même, qui reste une énigme.
J'ai voulu exprimer ici la chance que nous avons d'être ses contemporains. Je sais trop qu'il ne restera presque rien, lorsqu'il aura disparu, de ce qu'il a créé sous des chapiteaux de bois et de toile. Je sais aussi que les films de ses spectacles sont impuissants à restituer la magie du vivant, les parfums et les couleurs du cérémonial nocturne dont il est le spectral officiant. Déjà Zingaro, le frison que l'on croyait invincible, l'éternité en muscles noirs, est mort. Et puis je me méfie de Bartabas. Je le sais capable de s'éclipser aussi vite qu'il est apparu. Il ne s'installera pas, si s'installer, c'est abdiquer. »

Portrait d'un artiste universel qui a réinventé le spectacle équestre et roman d'un homme qui a construit, sous une identité fictive, un monde imaginaire, Bartabas, roman est aussi le récit d'une amitié fraternelle, botte botte sur les chemins de traverse.

7,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
256 pages
ISBN : 978-2-0703-2101-8
Les avis

Bartabas « est un centaure sans identité, sans pedigree, sans particule et avec une dégaine de voyou. » Que dire, sinon sa sidération devant ce texte magnifique, poétique, aussi juste dans la forme que sur le fond. Reflet d’une amitié pudique, d’une admiration tendre, d’une passion complice pour l’art équestre entre l’écrivain et cet homme de génie. Bartabas s’est inventé un nom, une vie à partir d’un rêve peuplé de chevaux. Ses ballets équestres ont fait le tour du monde, enchanté des publics qui venaient à lui et non l’inverse.

Peut-on oublier ce couple, Bartabas : « animal farouche doté de la faculté de séduire » , que l’on croyait gitan et son cheval Zingaro, « le bohémien » : « Zingaro était son double, sa mémoire et son expérience. Il avait été son premier cheval, son premier amour, son premier bébé. Lorsqu’il avait mal, c’est auprès de son grand escogriffe qu’il trouvait du réconfort et de la tendresse. Lorsqu’il avait froid, c’est dans sa chaleur qu’il se réfugiait. Il se lovait entre ses deux antérieurs, appuyait sa tête sur le poitrail musculeux, et les lèvres douces du frison léchaient le crâne de l’écuyer retourné en enfance, dans un berceau de velours. »
Zingaro est mort, Bartabas est devenu un maître, il reste une énigme Jérôme Garcin nous l’a fait « approcher » avec émotion et élégance.

foxie

Donnez votre avis