Recherche
Plus d'un million de livres référencés
La Vie sur terre

La Vie sur terre

Auteur : Dorothée Janin

Editeur : Denoël

Ari Najman est un avocat mondain, qui carbure aux femmes, à la vodka et aux nuits blanches. Dans le frisson des grands procès d'assises, il cherche à fuir ses fantômes familiaux : un père illustre, grand avocat et grand résistant, une mère qui perd la mémoire, un frère disparu. II avance en funambule dans une impossible passion amoureuse pour une flic d'origine sénégalaise et s'accroche in extremis à la défense de Judith, ex-compagne de son frère défunt, accusée de meurtre. Porté par une écriture brillante, drôle, à la poésie parfois fulgurante, La Vie sur terre est le roman d'un impossible deuil et d'une lente explosion intérieure.

Dorothée Janin est née en 1976. Journaliste, elle travaille pour la presse et la télévision. La Vie sur terre est son premier roman.

19,25 €
Vendeur : Amazon
Parution :
288 pages
ISBN : 978-2-2072-5989-4
Extrait

Ari Najman évite tout mouvement mental brusque. Il ouvre prudemment les yeux, afin d'identifier le lieu du calvaire, et les referme très vite, blessés. Une chambre d'hôtel. Des murs rose saumon, plus exactement rose saumon digéré, comme savent l'être les murs de chambres d'hôtel. Face à lui une vue pastellisée d'Amiens, place de la Cathédrale, dans un cadre de bois trop doré. Un Welcome/Bienvenue/ Wilkommen au Grand Hôtel de l'Univers accroché à la poignée de la porte. De là, il peut s'atteler à la tâche : retracer à rebours le cours des vingt-quatre heures qui ont précédé la chute. Une chambre d'hôtel à Amiens, donc. Se cramponner au fil, faire un pas en arrière, puis un autre, puis encore un. Pourquoi cette chambre d'hôtel à Amiens ? Décomposer. Pourquoi l'hôtel, pourquoi Amiens ? Pourquoi l'hôtel ? Parce qu'il est en déplacement. Pourquoi Amiens, ville où il n'aurait jamais foutu les pieds s'il n'y avait été absolument contraint ? Parce qu'il y a été absolument contraint. Qu'est-ce qu'une contrainte absolue, en inadéquation totale à ses goûts, désirs et aspirations profondes ?
Le plus souvent, un travail. Quelle est sa profession ? Avocat. Ari est à Amiens parce qu'un travail d'avocat l'y a amené. Il bouge la tête un peu trop vite, un éclair de douleur appelle la question suivante. Pourquoi a-t-il tant bu ? La Souris grise. La Souris grise lui a saoulé la gueule. Le monde se reconstitue et grimace.

La veille, il a plaidé devant le tribunal pour enfants d'Amiens. Il y a défendu Kelly. Kelly a maintenant presque quinze ans. Il y a un peu moins d'un an Kelly a fait une grosse bêtise et cette nuit - vers 3 heures du matin - elle a connu son sort. Jusqu'au rendu du verdict, les néons ont aveuglé, les cigarettes consumé leurs filtres, le café jailli en eau bouillante et amère du distributeur automatique, et la Souris grise fureté obstinément dans les coins. Depuis la première heure, elle lui a tourné autour lors de chaque suspension de séance, à l'affût, frustrée et tentant de grappiller des miettes ; l'audience avait lieu à huis clos. Ari connaissait déjà la bestiole, d'autres veilles, d'autres crimes, d'autres procès.
Vibrisses frémissantes, ventre en rut, oeil périscopique, elle s'était mise en planque, comme à son habitude. Ce qu'elle cherche : les battements de coeur. Ses battements à rompre, et les mouvements de sang qu'il inflige aux visages lorsqu'il bascule d'un coup d'un seul ; tous les âges d'une personne qui la traversent ensemble - météores - à la seconde où son passé son présent et son avenir se tordent ; le silence bourdonnant suspendu des juste-après verdict ; les bouches réellement bées ; les mâchoires réellement décrochées ; les bâillements spasmodiques qu'ouvre la peur quand les nerfs lâchent ; les étranges mots des états de choc ; les états de choc. Petit soldat obéissant au grand slogan, elle peut alors tourner ces mots et ce choc en choc des mots.

Donnez votre avis