Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Les outils de stratégie boursière

Les outils de stratégie boursière

Auteur : Alain Sueur

Editeur : Eyrolles

Ce livre met à jour les outils utilisés par le stratège boursier (métier apparu il y a une dizaine d'années) pour mettre en place un plan d'actions.Les présentant en fonction de leur pertinence, il permet de :• cadrer la stratégie,• décrypter l'économie,• évaluer les marchés,• évaluer le risque,• construire un portefeuille.Il présente en outre les profils des grands stratèges et de repenser le contexte pour dépasser les outils et construire sa propre stratégie.

30,40 €
Vendeur : Amazon
Parution :
327 pages
ISBN : 978-2-2125-3916-5
Les avis

Il s’agit d’un livre-bilan, à la fois pratique (on peut l’utiliser quand on est amateur éclairé) et de réflexion (sur la mondialisation, les nouvelles pratiques économiques, les écarts de société dans l’analyse financière, le rôle du dollar, etc.) Ce n’est pas écrit en jargon, ni réservé aux spécialistes, mais pas non plus un manuel pratique de spéculation, comme il en existe tant.

L’auteur offre en première partie « les outils » et en seconde partie « comment les utiliser ».
Il cadre la stratégie dans deux dimensions supplémentaires aux dimensions techniques et analyste (à quoi on réduit trop souvent la bourse) : le jeu et « l’intelligence » (sens anglosaxon) ou « bon sens » (sens des Lumières). Il donne les clés pour suivre efficacement les économies, évaluer les marchés, cerner le risque de chaque classe d’actifs (immobilier compris), enfin comment construire un portefeuille qui se tient.

Il décrit ensuite (et c’est ce qui est neuf) comment « les grands stratèges » se sont affranchis des « techniques » pour jouer surtout l’économie au sens large (Warren Buffet avec le business model, Soros avec la psychologie, Peter Lynch dans la mondialisation naissante, David Baverez avec les « idées » innovatrices). L’auteur montre qu’analyser une société dans l’abstrait, sans tenir compte de la culture dans laquelle elle a grandi, est absurde : Michelin, Toyota, McDonalds reflètent le capitalisme particulier généré par chaque société. Ses considérations générales sur la force du dollar (que personne n’explique alors que Braudel – l’historien – a révélé l’économie-monde), et sur l’immobilier qui ne saurait être un placement « sans risque », replacent l’investissement en bourse dans le contexte global de notre nouveau monde.

Argoul

Donnez votre avis