Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Meurtre d'un dissident

Meurtre d'un dissident

L'empoisonnement d'Alexandre Litvinenko et le retour du KGB

Auteur(s) : Alexandre Goldfarb, Marina Litvinenko

Editeur : Robert Laffont

Le 23 novembre 2006, Alexandre Litvinenko, ancien agent du KGB réfugié à Londres, mourait empoisonné.
Relayé par la presse du monde entier, ce crime devient une affaire d'État. Sait-on aujourd'hui qui a commandité l'assassinat ? Et qui a pu se procurer le polonium 210, substance radioactive mortelle ? Dans un document exceptionnel, où la réalité dépasse constamment la fiction, Marina, la femme de Litvinenko, et Alex Goldfarb, dissident russe lui aussi et l'un de ses plus proches amis, plongent le lecteur au cœur d'une fascinante énigme. Ils racontent la tragédie de Litvinenko comme personne ne pouvait le faire, et brossent, sur fond d'espionnage et de police secrète, dix ans d'histoire de la Russie, apportant de nombreuses révélations sur le système des oligarques (Boris Berezovski en tête), les trafics d'influence, la guerre en Tchétchénie et, bien sûr, l'irrésistible ascension de Vladimir Poutine du KGB à la tête de l'État.

A propos des auteurs Alex Goldfarb a fait la connaissance d'Alexandre Litvinenko dans les années 1990 à Moscou, il l'a aidé à fuir la Russie avec sa famille en 2000. Il dirige actuellement la fondation internationale pour les libertés civiles (Al) et vit à New York. Marina Litvinenko est la veuve d'Alexandre Litvinenko. Elle a obtenu le droit d'asile en Grande-Bretagne, où elle continue de vivre avec son fils.

22,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
ISBN : 978-2-2211-0936-6
Extrait

New York, 25 octobre 2000

La sonnerie de mon portable me réveilla en pleine nuit.
- Salut ! Tu es où ?
C'était la voix de Boris. Il m'appelait de sa maison de Cap-d'Antibes. Boris Berezovski était à l'époque l'un des plus riches et des plus puissants oligarques russes. Brouillé avec le nouveau président, Vladimir Poutine - qu'il avait pourtant formé pour le job -, il avait annoncé qu'il ne rentrerait pas au pays après ses vacances en France. Poutine avait entrepris l'exclusion systématique de tous les alliés de Berezovski encore en poste dans l'administration. Boris devait donc se méfier des écoutes téléphoniques, il s'assurait que je n'étais pas en Russie avant de commencer à parler.
- Tu te souviens de Sacha Litvinenko ?
Je m'en souvenais, effectivement. Membre du FSB (Service fédéral de sécurité), un des organismes qui avaient remplacé le KGB, dans la division chargée du crime organisé, le lieutenant-colonel Alexandre (Sacha) Litvinenko était l'un des hommes de Boris. Deux ans plus tôt, Sacha s'était fait remarquer en organisant une conférence de presse dans laquelle, entouré de quatre officiers masqués qui confirmèrent ses allégations, il dénonçait un complot fomenté par une poignée de généraux du FSB pour assassiner Berezovski. C'était peu de temps après la décision, prise par Boris Eltsine, de remplacer le directeur du FSB, un vieux général à trois étoiles, par Vladimir Poutine, un ancien espion sans envergure parachuté par l'administration du Kremlin.
Attaquer le Kontora (le Bureau) publiquement, à la télé­vision et à une heure de grande écoute, ne pouvait être bien vu par le QG de la Loubianka. Litvinentko fut donc arrêté peu après sous le prétexte qu'il avait cogné un suspect quelques années auparavant. Il passa plusieurs mois à Lefortovo, la tris­tement célèbre prison de l'ancien KGB.
À l'époque, j'avais demandé à Boris de me présenter Sacha parce que je dirigeais pour George Soros (le financier amé­ricain) un projet de santé publique destiné à endiguer une épi­démie de tuberculose dans les prisons russes. Je voulais interroger Sacha sur les services médicaux de Lefortovo. J'avais eu accès aux prisons dépendant du ministère de la Justice, mais pas à Lefortovo qui relevait du FSB. Je souhaitais rencontrer un ancien détenu pour me faire une idée de l'état sanitaire de ces geôles secrètes.
- Oui, je me souviens de Litvinenko, dis-je.
- Eh bien, il est en Turquie.
- Et c'est pour me dire ça que tu me réveilles à 5 heures du matin ?
- Il est en fuite.
Litvinenko se cachait dans un hôtel de la côte méditerra­néenne avec sa femme et son fils. Il s'apprêtait à se livrer à l'ambassade des États-Unis.
- Tu es un ancien dissident, me dit Boris, citoyen amé­ricain de surcroît. Sacha pense que tu es le seul à pouvoir l'aider.
- Mais pourquoi ? Je le connais à peine.
- Tu es le seul Américain qu'il connaisse.

Donnez votre avis