Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Dragon rouge

Dragon rouge

Auteur :

Editeur : Editions Albin Michel

Première apparition d'Hannibal Lecter, le docteur anthropophage du«Silence des agneaux». Du fond de sa cellule des quartiers de haute sécurité, il voit tout, comprend tout, manipule les êtres et les âmes. L'un de ses admirateurs commet une série de meurtres sauvages qu'il signe du nom de Dragon rouge...

16,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
384 pages
ISBN : 978-2-2262-5210-4
Les avis

J’ai été immédiatement ancrée dans l’histoire. Au lieu d’avoir une suite d’événements qui ne laisse pas de place au passé, ici Thomas Harris y fait beaucoup allusion, notamment concernant le passif entre Hannibal et Will.
D’un côté cela donne l’impression de déjà connaître les personnages, comme s’ils nous étaient familiers, et ça permet d’éviter la sensation d’arriver sans rien savoir de leur relation. Mais d’un autre côté, l’auteur n’en dit pas énormément, et je pense que je serai passée à côté de certains détails si je n’avais pas vu la série avant, puisque celle-ci s’attarde beaucoup plus sur la relation entre Hannibal et Will.

L’auteur nous laisse le temps d’appréhender le personnage de Francis avant de nous en dévoiler plus. Ce n’est qu’à partir de la moitié du roman que son enfance nous est racontée, pour mieux le comprendre. À partir de ce moment, le roman se concentre réellement sur lui, et on assiste à la naissance du Dragon, à son éveil. C’est une sorte de flashback jusqu’à son premier meurtre.

Toute cette partie a été la plus intéressante pour moi : comment l’enfance et le vécu de Francis influence sa vie adulte est extrêmement troublante.
Son évolution était très intéressante à suivre, j’ai eu le sentiment d’assister à une seconde vie pour Francis : la naissance du Dragon, son ascension… je n’en dirai pas énormément plus pour ne rien dévoiler, mais j’ai trouvé ça vraiment bien amené.

Dans certains chapitres, l’auteur (ou peut-être est-ce seulement le traducteur ?) a choisi d’écrire au présent plutôt qu’au passé simple (utilisé dans la majorité du roman). Je n’y ai pas prêté énormément attention, le seul moment où ça m’a interpellée, j’ai trouvé ça bien pensé : on assistait à l’ascension du Dragon, et le fait que ce soit raconté au présent m’a donnée une impression de danger imminent, presque de malaise.

L’histoire est très bien ficelée, on alterne entre les moments très « policiers » avec l’enquête, et les moments plus sombres avec l’évolution du Dragon.

Pour résumer, un roman que j’ai beaucoup aimé, malgré un ou deux détails qui m’ont personnellement manqués, mais probablement parce que j’ai regardé la série auparavant.

Donnez votre avis