Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Jamais soumis, jamais soumise

Jamais soumis, jamais soumise

Auteur(s) : Fadela Amara,

Editeur : Stock

"Sur nos papiers d'identité, tout diffère : âge, sexe, couleur des yeux. Une seule mention commune : la nationalité. Ce sont bien une Française et un Français que les hasards de l'écriture ont mis face à face. Nous constatons que la nature nous a faits bien différents, mais que ces différences n'ont guère de poids comparées à celles qu'ont peu à peu gravées en nous nos aventures. Nos familles, nos études, les religions qui ont marqué nos vies, nos engagements de citoyens, les liens que nous avons tissés, ont construit en nous deux personnes séparées par de multiples barrières. Nous avons cependant tenté la communication, la mise en commun. Certes, toutes ces barrières ne sont pas tombées, mais des échanges ont pu se nouer, transformant les désaccords en occasion pour chacun d'approfondir ses réflexions."

Fadela Amara, musulmane et croyante, fondatrice du mouvement Ni putes ni soumises et secrétaire d'État chargée de la politique de la Ville, et Albert Jacquard, généticien agnostique élevé dans la religion catholique, débattent très librement de leur rapport à leur religion respective, du sentiment national, de leur engagement à tous deux, mais aussi des problèmes attachés à l'islam et de l'avenir de nos démocraties multiconfessionnelles.

19,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
136 pages
ISBN : 978-2-2340-5986-3
Les avis

L'insoumis et la nouvelle amie de Sarkozy (!)
Personne ne saura à la lecture du livre que Fadela Amara, ancienne militante est devenue sous-ministre de Sarkozy. Pour l'apprendre il faut lire la quatrième de couverture. Il est vrai que certains itinéraires ne sont pas des plus flatteurs. Donc voici une conversation entre le vieux lutteur, scientifique-pédagogue et l'ancienne dirigeante de « Ni putes Ni soumises »...

Après une présentation des deux interlocuteurs, le lecteur a droit à un échange sur la science, la spiritualité et la religion. Les niveaux d'argumentation ne sont pas les mêmes entre Albert Jacquart qui n'oublie pas de passer par quelques cours passionnants sur la genèse du monde et celle qui défend sa foi.
On apprend tout de même que l'agnostic veut une cérémonie pour ses obsèques avec Jacques Gaillot comme officiant, par fidélité à son enfance et que par respect il se signe à l'entrée d'une église... Las athées lui pardonneront volontiers ce désir, d'autant plus que certains se reconnaîtront dans son « aveu »: « ... Ce qui me reste de la religion de mon enfance, c'est un discours politique prononcé par ce leader qu'était Jésus. »...
Fadela Amara est et reste laïque et son argumentation en faveur d'une lecture moderne du Coran et d'un refus de l'intégrisme est pertinent: « Moi je crois que l'on peut rester en accord avec la religion musulmane et vivre de façon moderne. Chacun peut s'inscrire dans ce qu'il entend être sa vérité »...
Le plaidoyer d'Albert Jacquart en faveur de la régularisation des sans papier est brillant et passionnant notamment quand il explique que c'est une chance pour la France : « les immigrants sont des personnes hors du commun, qui ont osé partir de chez eux, qui ont couru des risques immenses pour franchir la mer, les montagnes, les déserts. »
Son interlocutrice n'en est pas restée là, son discours juste et radical dévoile son jeu : elle fait de l'entrisme au gouvernement ou de la résistance !? Je ne résiste pas au plaisir de citer cette phrase venant d'une presque ministre du gouvernement qui organise la chasse à l'enfant : « Et on vient à expulser un grand père qui vient chercher son petit fils à l'école! Il faut être capable d'entrer en résistance pour empêcher des choses comme celles-là. Je ne suis pas violente, mais ça, c'est inacceptable. »!

On dirait les propos justes d'un(e) militant(e) du Réseau Education Sans Frontière...
Je suis passé du sourire à la colère en lisant la prose de celle qui a quitté le combat associatif pour se soumettre et cautionner un gouvernement qui ne respecte pas les droits de l'homme et de l'enfant.

Jean-François CHALOT

Donnez votre avis