Recherche
Plus d'un million de livres référencés
La fugue

La fugue

Auteur :

Editeur : Julliard

" Dans sa chambre, il y avait une étagère spéciale où il rangeait ses robots. Un jour, il me les a tous donnés. Sur les murs, il y avait des posters de Jim Morrison et un de Lara Croft. Il écoutait les Doors, Louise Attaque, Nirvana, et the Wall des Pink Floyd qu'il avait piqué aux parents, il le mettait à fond en faisant ses devoirs. Quand on lui demandait si ça allait, il répondait toujours " très bien ", ce qu'il avait fait de sa journée, il répondait " des trucs ", et i ça marchait à l'école " ouais ". Il ne piquait jamais dans les magasins alors que, pendant un moment, il était copain avec un mec qui n'arrêtait pas. Le dimanche, on allait manger chez mamie et c'était clair que c'était son préféré car elle lui caressait les cheveux tout le temps et qu'il se laissait faire. Avant de sortit avec Marie, il est sorti avec une fille qui s'appelait Annabelle et une autre Sophie. Personne ne comprend pourquoi il s'est jeté d'un pont."

15,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
111 pages
ISBN : 978-2-2600-1700-4
Les avis

La presse en parle

Valérie Sigward parle d'un monde quotidien qui brusquement se fissure mais aussi du besoin de survivre et d'apprivoiser l'indifférence. "La fugue" n'est pas un roman sentimental et larmoyant, il est juste cruel comme la vie et violent comme les hommes.

Christine Ferniot, Lire


Valérie Sigward écrit sèchement, avec ce genre d'humour qui fait que l'on est pris de fou rire au milieu d'une tragédie. Ses personnages, leurs sentiments, sont étonnamment justes. Ils vivent comme ils peuvent, et c'est pour cela qu'on les comprend si bien.

Géraldine Faes, Epok

Vos avis

Que d’émotions ressortent de ce roman sans mièvrerie et dont l’histoire est pourtant triste. La fugue d’un adolescent qui n’arrive pas à faire sa place auprès de ses parents après le suicide de son frère. C’est vrai que le suicide chez les ados est un sujet préoccupant de nos jours. Pourtant le roman est très plaisant à lire, avec beaucoup d’humour.

Je ne peux pas m’empêcher de faire des similitudes avec Olivier Adam et « Ne t’en fais pas, je vais bien . »

Tous les personnages sont touchants, attachants, sensibles. Cela fait du bien.

C’est le 2e livre que je lis de Valérie Sigward et j’adore son style, clair, aéré, précis et plein d’humour.

Amandine

Un très beau livre, tendre et émouvant. L'écriture, étonnamment juste, donne à ce court roman une legèreté qui tranche avec la profondeur du sujet : le suicide d'un adolescent, la tristesse de son frère cadet et de ses amis. L'émotion est palpable et mais le sourire jamais très loin. Du grand art!

mlf

Donnez votre avis