Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Les invités de l'île

Les invités de l'île

Auteur : Vonne Van der Meer; Daniel Cunin

Editeur : 10-18

Située sur une île au large des côtes hollandaises, la Rose des Dunes accueille chaque été de nouveaux occupants. Les vacanciers se succèdent, leurs histoires défilent et transforment la maison en théâtre de vie. Un couple répare son amour, une femme en pleine convalescence retrouve goût à la vie. Les destins se construisent ou se déchirent sous la pulsion des embruns. En véritable metteur en scène, Vonne van der Meer fait jouer au fil des pages une comédie sensible et épurée sur la nature humaine.

7,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
300 pages
ISBN : 978-2-2640-4306-1
Extrait

Il est grand temps que je termine. S'ils ont pris le bateau de midi, ils peuvent être ici dans une demi-heure. Ça m'est arrivé une fois : en nage, contente de mon travail, je ferme la maison, glisse la clef sous le paillasson et les découvre là, plantés à côté d'une carriole de plage où trônent bagages et enfants, au bord du sentier de coquillages. La déception sur leurs visages. Depuis, je sais que je dois demeurer invisible. S'ils me croisent ici, la maison ne sera plus autant la leur, et s'ils ne s'approprient pas la maison, ils ne vont pas passer un bon séjour. Même s'ils savent qu'ils ne la louent que pour une semaine, deux semaines, voire même un mois, ils doivent pouvoir se figurer qu'elle est à eux. Si c'était moi la locataire, cela irait tout seul. De toutes les maisons où j'ai fait le ménage, Duinroos est celle que je préfère. Torenzicht, Kiekendief, Jojanneke et D'instuif, je m'en suis débarrassée au fil des années. De belles maisons, je ne dis pas, où l'on a posé du carrelage et du lino, bien plus faciles d'entretien que Duinroos, mais ça faisait trop, il a fallu que je choisisse.
Pour le grand ménage de printemps, au début de la saison, je réserve une journée et demie, sans compter la lessive. Mais quel que soit le temps que je mets, à la fin, je suis toujours pressée. Les couvertures et les molletons, je les lave une fois la saison terminée, tout comme les rideaux que je ne repasse qu'au début de la saison suivante ; il m'arrive malgré cela d'oublier cer­taines choses. Au dernier moment, je découvre qu'il y a, une fois de plus, deux ou trois points de l'ourlet des rideaux abricot de la chambre qui se sont défaits. Il faut que j'arrange ça, sinon je sais exactement comment ça va finir : le matin, les enfants grimpent sur le lit de papa et maman, ils écartent les rideaux d'un coup sec et, en un rien de temps, c'en est fini de la couture.
Hier, j'ai bien fait d'ouvrir toutes les fenêtres et toutes les portes, de la porte-fenêtre de la véranda aux lucarnes en passant par la porte à glissière du passe-plat, pour aérer et pour chasser les odeurs d'hiberna­tion. Aujourd'hui, il pleut pour un oui pour un non. Entre deux averses, j'ai laissé le tapis en fibre de coco dehors : il sent le moisi, et j'ai encore une fois passé l'aspirateur. Je l'avais déjà fait hier et, bien entendu, à la fin de la dernière saison, mais le sable ne cesse de remonter par les fentes du plancher. Je suis curieuse de savoir combien de kilos j'ai pu en aspirer. Cette année, ils remblaient la plage ; partout, ils ont installé des tuyaux gros comme des troncs d'arbres, mais les ouvriers auraient tout aussi bien pu se brancher direc­tement sur mon aspirateur.

Donnez votre avis