Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Tentative d'épuisement d'un lieu parisien

Tentative d'épuisement d'un lieu parisien

Auteur :

Editeur : Bourgois

En octobre 1974 Georges Perec s'est installé pendant trois jours consécutifs place Saint-Sulpice à Paris. Il a noté ce qu'il voyait dans un petit recueil de 50 pages : les évènements ordinaires de la rue, des passages de gens, véhicules, animaux, nuages et le passage du temps. « Ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages. » La place Saint-Sulpice à Paris. La place Saint-Sulpice vue par les yeux de Georges Perec. Les 18, 19 et 20 octobre 1974, à différents moments de la journée. La place Saint-Sulpice vue successivement du Tabac Saint-Sulpice, du Café de la Mairie, du Café de la Fontaine Saint-Sulpice, ou « sur un banc en plein soleil, au milieu des pigeons, regardant dans la direction de la fontaine ». Des listes. Les petits faits insignifiants de la vie quotidienne. Rien, ou presque rien. Et pourtant si : un regard, une perception humaine, unique, vibrante, impressionniste, variable, comme celle de Monet devant la cathédrale de Rouen. Les mille petits détails inaperçus qui font la vie d'une grande cité - d'un petit coin dans une grande cité. Les mille variations imperceptibles du temps, de la lumière, du décor, du vivant. Autobus, chiens, passants, touristes. Et Perec. Perec aussi présent ici, malgré l'apparente sécheresse du style, que dans Je me souviens ou dans La Vie, mode d'emploi. « Passe un papa poussant poussette. » « Taches jaunes. Rougeoiements. » « Lassitude de la vision : hantise des deux-chevaux vert pomme. » « Une petite fille, encadrée par ses parents (ou ses kidnappeurs) pleure. » Tentative d'épuisement d'un lieu parisien. Tentative, comme toute l'oeuvre de Perec. Et c'est déjà beaucoup.

5,05 €
Vendeur : Amazon
Parution :
49 pages
ISBN : 978-2-2670-1959-9
Donnez votre avis