Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Sukkwan island

Prix Médicis étranger 2010

Sukkwan island

Auteur :

Editeur : Editions Gallmeister

Sélection Rue des Livres

Une île sauvage du sud de l'Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C'est dans ce décor hostile que Jim décide d'emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une longue succession d'échecs personnels, c'est l'occasion de renouer avec ce garçon qu'il connaît si mal. Les dangers auxquels ils sont confrontés et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar.
Alors que la situation devient vite hors de contrôle, le fils assiste peu à peu au naufrage de son père et commence à prendre les choses en main. Jusqu'au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin. Sukkwan Island est une histoire de désolation et de survie au suspense insoutenable. Avec ce roman poignant qui nous entraîne au coeur des ténèbres de l'âme humaine, David Vann s'installe d'emblée parmi les jeunes auteurs américains de tout premier plan.

Traduction de Laura Derajinski

22,10 €
Vendeur : Amazon
Parution :
212 pages
ISBN : 978-2-3517-8030-5
Les avis

L'avis de Rue des livres

S'il fallait retenir un seul livre pour l'année 2010, ce serait sans doute celui-là. David Vann, l'auteur, est un américain de 44 ans. C'est son premier livre. Il a mis dix ans à l'écrire, autant ensuite à le faire publier. Il est né en Alaska et connaît donc bien ces paysages sauvages et sublimes dans lesquels il situe l'intrigue de son roman. Un père, Jim, cède son cabinet de dentiste et achète une île déserte pour y vivre un an avec son fils Roy, âgé de treize ans. Mais la vie rêvée de Robinson vire assez vite au cauchemar. Et les scènes de pêche au saumon alternent avec les nuits blanches: le père gémit, pleure et fait à son fils terrifié des confidences qu'il ne comprend pas. Une écriture brillante, rapide, précise au service de ce huis clos de plus en plus insoutenable: Roy se rend compte que son père ne maîtrise rien dans cette nature belle mais hostile. Il souhaite partir mais son père le retient. L'étau se resserre dans un suspense de plus en plus insoutenable. Et puis soudain, en quelques lignes, tout bascule. La surprise est totale pour le lecteur mais le roman n'est pas terminé pour autant. Restent 80 pages pour aller au bout de l'horreur. On n'est plus aux limites de la folie, on est dans la folie elle-même, avec tout ce qu'elle implique de dégoût et de fascination. Un premier roman exceptionnel et déroutant. A lire absolument, en souhaitant que David Vann trouvera en lui la force d'écrire d'autres livres aussi puissants...
Véronik

Vos avis

Roman à éviter absolument.
Mal écrit, inerte, invraisemblable
Une véritable torture que j'ai subie jusqu'à la fin pensant que....mais non, rien ne se passe
A disparaitre de ma bibliothèque.

gueide

Jim Fenn a acheté l'île de Sukkwan Island au sud de l'Alaska, avec l'intention d'y vivre pendant toute une année avec son fils Roy, âgé de 13 ans. Un an à survivre en plein coeur de la forêt, à vivre de chasse et de pêche, comme au temps des pionniers, l'idée a de quoi réjouir Jim qui voit là l'occasion de mieux connaître son fils qui vit avec sa mère depuis que ses parents ont divorcé. Mais on ne s'improvise pas "trappeur" du jour au lendemain; Jim, fragilisé pas ses déboires personnels,n'a pas les épaules assez solides et bientôt l'expérience vire au drame.
Si "Sukkwan Island" commence comme un ouvrage de "nature writing", avec ses belles descriptions des paysages sauvages d'Alaska - ses épaisses forêts de sapins, ses rivières gorgées de poissons scintillants - on sent bien vite que ces lieux aussi idylliques qu'isolés vont être le décor d'un drame inéluctable. Sur cette fatalité, David Vann orchestre un huis clos à l'atmosphère lourde, le face à face oppressant entre un père qui fait tout en dépit du bon sens et son fils, trop jeune pour encaisser les désarrois néfastes de son paternel. Un 1er roman prometteur.

Malaura

Donnez votre avis