Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Casino Royale

Casino Royale

James Bond 007

Auteur :

Editeur : Bragelonne

James Bond est de retour. Comme vous ne l'avez jamais vu. Tout commence par une étourdissante partie de baccarat. Le Chiffre, mystérieux et puissant agent au service des Russes, joue au casino de Royale-les-eaux pour financer ses sinistres projets. Mais un adversaire aux nerfs d'acier vient s'asseoir en face de lui. Son nom est Bond. James Bond. Mais cette partie endiablée n'est que la première épreuve. L'agent secret va devoir déployer toute son habileté et son courage pour mettre fin aux machinations des ennemis du monde libre. A moins qu'une épreuve plus diabolique que toutes les autres n'ait raison de lui : l'amour...

9,90 €
Vendeur : Amazon
Parution :
239 pages
ISBN : 978-2-3529-4011-1
Les avis

Ce que j’ai immédiatement aimé dans ce livre, c’est la précision apportée au récit : le fonctionnement d’un casino, avec les mesures de sécurité pour les courtiers par exemple, mais aussi les habitudes de Bond, comme sa façon de vérifier s’il n’y a pas eu d’intrusion dans sa chambre d’hôtel pendant son absence.
L’auteur décrit très bien les parties de baccara : bien que je n’y comprenne pas grand-chose, j’arrivais à suivre le jeu : Fleming explique sans que ce soit condescendant, de façon que j’ai eu l’impression de suivre la partie, sans être perdue et sans avoir l’impression d’être prise pour une débile.

Il y a une bonne contextualisation politique (le roman a été publié en 1953), avec des explications des différentes organisations d’espionnage et leur fonctionnement.

La façon dont les personnages sont décrits est très agréable, et cohérente. Quand il s’agissait d’une scène dans le casino, l’auteur adopte plus ou moins le point de vue de James Bond : en énumérant quelques caractéristiques physiques, l’espion peut ensuite en déduire quelques comportements, ou habitudes : on en apprend plus sur la « psychologie » du personnage grâce à son physique. C’est très bien joué.

Que dire sur la personnalité de Bond, sinon qu’elle correspond bien à l’idée que j’en avais grâce à Daniel Craig.
Petit plus dans le roman, sa personnalité s’adapte en fonction de la situation : il est assez gentleman quand son côté espion est sollicité, et il redevient macho quand c’est le côté « homme d’action » qui fait surface.

J’attendais pas mal de choses pour Vesper Lynch. J’avais dit que je ne parlerai pas de l’adaptation cinéma, mais quand même : j’avais adoré Eva Green dans le rôle, et je m’étais énormément attachée à elle, qui fait beaucoup moins femme détestable par sa stupidité que les autres. (Suivez mon regard : Bérénice Marlohe et Lea Seydoux !)

Malheureusement dans ce roman, elle est clairement présente pour décorer, et même si elle ne succombe pas facilement au charme de Bond, elle reste quand même la potiche de service, et James la traite comme telle à certains moments.
Même si la fin du roman révèle une autre partie de sa personnalité (grâce à un rebondissement présent dans le film également), et qu’elle est beaucoup moins inutile, elle m’a tout de même agacée sur la fin, toujours à pleurnicher pour rien.
Le rôle de la femme est très secondaire dans ce roman, mais il est difficile d’en vouloir à quelqu’un pour son respect des mœurs et convictions de l’époque. Ian Fleming a vécu de 1908 à 1964… la condition de la femme n’était pas vraiment géniale, donc cela reste cohérent.


En conclusion, un roman que j’ai énormément aimé pour ses détails, son intrigue. Même si j’aurai préféré plus de développement pour le personnage de Vesper le long du roman, la fin corrige tout de même le bémol de la potiche de service (même si elle pleure un peu trop à mon goût ^^’).
Ça a été une belle découverte, et j’en suis à me demander pourquoi je n’ai pas lu une des aventures de James Bond plus tôt.

Donnez votre avis