Recherche
Plus d'un million de livres référencés
The Curse

The Curse

Auteur : Marie Rutkoski

Editeur : Lumen

Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la « malédiction du vainqueur » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu'elle est loin, bien loin, d'avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l'esclave, Arin, et comprend qu'il n'est pas qui il paraît... Mais ce qu'elle soupçonne n'est qu'une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

15,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
464 pages
ISBN : 978-2-3710-2088-7
Les avis

Vous savez quand vous avez vraiment très envie de ce gâteau au chocolat qui vous nargue chaque fois que vous passez devant la vitrine. Vous l’épiez chaque jour en rentrant du travail et puis un soir vous vous décidez à le manger. Et là, c’est le drame, vous vous rendez compte que vous l’aviez un peu trop idéalisé. la texture n’est pas celle à quoi vous attendiez, le goût non plus. C’est un peu la sensation que j’ai eu en lisant le roman. La couverture et le résumé me promettaient tellement de choses…

Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, ni à Kestrel, ni à Arin. Leur personnalité m’est apparue comme trop linéaire, tout blanc ou tout noir, manquant de complexité et pourtant ce sont ces deux personnages qui portent le roman. Honnêtement si l’un des personnages devait ( et oui je ne vais pas vous spoiler ) mourir, ça ne me ferait ni chaud ni froid.

Je ne vous déconseille pas d’acheter le roman au contraire, je l’ai tout de même lu en deux jours donc il reste fort captivant et intéressant, mais ce ne sera pas mon coup de CŒUR du mois.

http://juliejodts.fr/the-curse-lectures-et-chroniques/

Donnez votre avis