Recherche
Plus d'un million de livres référencés
L'Holocauste des Pauvres

L'Holocauste des Pauvres

Auteur : Peggy Bastien

Editeur : Benevent

Marguerite est de retour… L’introduction d’une blonde – Le commencement Allez… Rentrons dans le personnage de la Minute blonde ! C’est si facile d’être prise et considérée comme telle. Après tout, je suis comme Coluche qui était l’andouille qui avait l’air d’un imbécile. Je n’ai pas de salopette mais une chevelure blonde pour paraître conne, mais à la réflexion, avoir l’air con est utile dans ce monde !

Le développement d’une blonde – La réflexion Pour en revenir à nos moutons… s’il faut désigner un successeur de Coluche, quelqu’un qui marche dans ses pas, sans hésiter un instant, je nommerai à ce jour Franck Dubosc ! Et j’imagine Coluche transmettant le message suivant : « Ne fais pas un remake de La croisière s’amuse avec les péniches des Restos du Cœur… Car le camping, ils n’ont pas compris, ces cons ! »

La conclusion d’une blonde – Le dénouement Sans vouloir faire la morale, comme si j’étais devant un auditoire, moi, Marguerite, pâquerette, de quelque manière que vous vouliez me nommer, j’suis comme une fleur des champs, assez sauvage et solitaire… J’suis tellement blonde que j’avais pas saisi le mystère de la communion des saints « patrons »…. Coluche, de ta ruche n’épluche plus tes larmes, car il y a, malabar, des avares, tu libères les pauvres âmes dans leur prière, ah ! les frères du peuple. Tu les connais bien, poil au nez, c’est ta devise, tu en fais ta mise pour rire au nez de ceux qui te méprisent. J’vais pas le dire à tout le monde que tu m’aides à l’écriture, c’est sûr, dans le futur, c’est certain, il fera d’un pain de tes écritures en ces passages, tel un rivage, à la page, y a pas de page pour être sage à ton image et à Dieu que nous servons, nous sommes pas des pions et surtout pas des cons mais faut tout de même dire que les ponts doivent servir pour les cons et non pas les cornichons. À vrai dire, la mère Denis, qui a fait son lit, en a assez de voir la misère qui éclate sur terre, il faut pas défaire la loi de l’hospitalité…

13,70 €
Vendeur : Amazon
Parution :
ISBN : 978-2-7563-0364-2
Les avis

Longue vie à cette Marguerite !

Peggy du 41

Surprise... La suite de l'amour est une rose dangereuse... L'héroïne est l'auteur... Une fiction qui prend vie.
Extrait : Sans vouloir faire la morale, comme si j'étais devant un auditoire, moi, Marguerite, pâquerette, de quelque manière que vous vouliez me nommer, j'suis comme une fleur des champs, assez sauvage et solitaire... Coluche, de ta ruche n'épluche plus tes larmes, car il y a , malabar, des avares, tu libères les pauvres âmes dans leur prière, ah ! les frères du peuple. Tu les connais bien, poil au nez, c'est ta devise, tu en fais ta mise pour rire au nez de ceux qui te méprisent... Nous sommes pas des pions et surtout pas des cons mais faut tout de même dire que les ponts doivent servir pour les cons et non pas pour les cornichons. A vrai dire, la mère denis, qui a fait son lit, en a assez de voir la misère qui éclate sur terre, il faut pas défaire la loi de l'hospitalité...

Sergine - département 14

Donnez votre avis