Recherche
Plus d'un million de livres référencés
La Revanche de Kevin

La Revanche de Kevin

Auteur :

Editeur : Pol

Quand on s'appelle Kevin, un prénom dont on dit qu'il fleure la beaufitude, marqueur social des années boys band, donné à plus de 14 000 bébés nés en France en 1991 puis tombé peu à peu en désuétude sous les commentaires dédaigneux de celles et ceux qui portent des prénoms plus distingués, quand on porte le même prénom que Kevin Costner, élu pire acteur de la décennie aux Razzie Awards, que l'on se moque de vous à l'école et que, plus tard, pour peu que vous travailliez dans un milieu intellectuel, on vous jauge de haut avec un regard entendu, il est possible que l'on se mette à couver un méchant complexe.
Dur dur d'être un Kevin, pourrait-on chanter avec un certain sadisme, tant notre héros a accumulé de petites humiliations. Qu'elles soient souvent imaginaires ne les rend pas moins blessantes - la malédiction de Kevin, comme de tout complexé, est de voir des anguilles sous les roches, obsessionnellement.
Précisons qu'il travaille à la radio, où il côtoie de bien médiocres mandarins qui ne font que saler la plaie.
Pour se venger de ces prétentieux et du monde intellectuel en général, Kevin se livre à un petit jeu. Il traîne aux salons littéraires en se faisant passer pour un éditeur. Forcément, des écrivains en manque de débouchés finissent par lui envoyer des textes. Kevin fait semblant d'entrer en pâmoison, promet des merveilles éditoriales, fait mariner le naïf, avant de disparaître, laissant derrière lui un désordre de vanités froissées. C'est potache et cruel, mais ça soulage.
Avec La Revanche de Kevin, Iegor Gran poursuit donc l'exploration, commencée avec L'Ambition, des postures et des impostures propres à notre époque. Roman sur les faux-semblants littéraires, la vacuité du milieu éditorial, le snobisme des temples où l'on s'assied sur l'humain au nom de la culture, La Revanche de Kevin est aussi un périple dans les arcanes de la frustration comprimée. Qui ne s'est jamais retrouvé dans une situation où, par politesse calculée ou par peur de paraître inculte ou ringard, on masque ses opinions et ses goûts ?
Comment ne pas sentir alors le Kevin trépigner au fond de soi ? Comment ne pas chercher la revanche ?
Le scalpel de l'écrivain reste l'ironie froide et dévastatrice ; on y ajoute une véritable tension narrative. Car il y a quelque chose d'inquiétant au royaume de Kevin. Tirées d'une enquête de police, quelques notes de bas de page, posées çà et là, font comprendre dès le début qu'il se trame une abomination, sans que l'on puisse définir précisément à quoi tient le malaise. L'angoisse se nourrit de détails d'apparence insignifiante qui révèlent soudain leur vraie nature - l'art de prendre le lecteur à contre-pied se pratique ici avec gourmandise. Pêle-mêle, parmi les éléments de narration qui cachent bien leur jeu, citons une armoire où l'on stocke des fournitures de bureau, un accident de ski, une jolie stagiaire, une belle-maman un peu trop mère-poule, un vieux livre de Junichirô Tanizaki. Pour sûr, la revanche n'est pas celle que l'on croit.

15,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
192 pages
ISBN : 978-2-8180-3561-0
Donnez votre avis