Recherche
Plus d'un million de livres référencés
La Femme en vert

La Femme en vert

Auteur :

Editeur : Editions Métailié

Dans une banlieue de Reykjavik, au cours d'une fête d'anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain. Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, la fille d'Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte. Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, sur les conseils du médecin, lui parle, il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions. L'enquête nous est livrée en pointillé dans un magnifique récit, violent et émouvant, qui met en scène, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une femme et ses deux enfants. Une femme victime d'un mari cruel qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout. Voici à nouveau le commissaire Erlendur et ses adjoints Elinborg et Sigurdur Oli dans un récit au rythme et à l'écriture intenses et poignants, aux images fortes et aux personnages attachants et bien construits. La mémoire est comme toujours chez Indridason le pivot de ce roman haletant, qui hante longtemps ses lecteurs. Un Indridason grand cru ! Prix Clé de Verre 2003 du roman noir scandinave et Prix CWA Gold Dagger 2005 (Grande-Bretagne).

18,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
298 pages
ISBN : 978-2-8642-4566-7
Les avis

La presse en parle

Les trois premières pages du roman s'ouvrent sur une ambiance paisible. Une fête d'enfants. Très vite, tout dérape. Le jouet que mâchouille un bébé, c'est un os. Un os humain. Erlendur et son équipe découvrent dans le jardin un cadavre à l'état de squelette, enfoui là depuis bien longtemps. Qui est-il ? Homme ? Femme ? Pourquoi cette main dressée comme dans un geste d'horreur ? L'Islande croit enterrer ses secrets, oublier ses morts. Un jour, ils refont surface et déchaînent des mensonges et des haines. Arnaldur Indridason emmène son commissaire dans une intrigue démente qu'il gère en grand pro. L'écrivain entraîne aussi son héros là où il ne veut pas aller, dans ses souvenirs, son enfance : une tempête de neige, la peur, des cris, puis soudain, plus rien, l'absence. Le superflic, enfin, abandonne sa carapace, confesse ses effrois - devient un homme.

Indridason a bien d'autres mystères -d'autres romans tourments - à nous livrer (cinq polars encore à venir avec l'attachant Erlendur). Eric Boury, son traducteur, colle au plus près de son désespoir, de son attachement à cette île de ténèbres, parfois baignée de lumière. Hypnotique.

Martine Laval, Télérama

Donnez votre avis