Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Les oeuvres de miséricorde

Prix Décembre 2012

Les oeuvres de miséricorde

Auteur :

Editeur : Verdier

Sélection Rue des Livres

Donner à manger à ceux qui ont faim, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, loger les pèlerins, visiter les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts: tels sont les impératifs édictés par l'Eglise sous le nom d'Oeuvres de miséricorde que le Caravage a peint dans un tableau qui porte ce titre, et dont ceux qui, nés en culture chrétienne, qu'il le sachent ou non, sont censés être imprégnés. Cette injonction morale, l'écrivain l'a mise à l'épreuve de son expérience - réelle ou imaginaire. " Je suis resté longtemps prisonnier du sentiment flottant, informulé selon lequel l'Allemagne était infréquentable. Je n'étais pas guidé par une idée, un ressentiment moins encore, mais, de fait, chez moi on n'allait pas en Allemagne...
Maintenant, je veux serrer dans mes bras le corps d'un de ces hommes que l'Histoire longuement m'opposa, le corps d'un homme allemand. Je vais donc à Cologne par un beau jour de mai, et je fais cela qui, pour un Français, a son pesant de sens : coucher avec un Allemand... J'ai cherché par là à comprendre comment le Corps Allemand, majuscules à l'appui, après être entré à trois reprises dans la vie française sans demander d'autorisation (1870, 1914, 1939), continue à façonner certains aspects de notre existence d'héritiers de cette histoire. Chemin faisant, j'ai également rassemblé divers éléments de fiction individuelle et de réalité collective, pour la plupart " impensables ", afin de tenter d'y voir un peu plus clair dans les violences que les hommes s'infligent- individuelles, sociales, sexuelles, historiques, guerrières, massivement subies mais de temps à autre, aussi, consenties -, dont l'art et la sexualité sont le reflet et parfois l'expression, et de les lier du fil de cet impératif de miséricorde qui fonde notre culpabilité puisqu'il est, de tout temps et en tous lieux, battu en brèche." M.R.

14,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
160 pages
ISBN : 978-2-8643-2687-8
Les avisExtrait

La presse en parle

Qu’est-il donc allé chercher sur les routes d’Allemagne, le narrateur de ce texte subtil et précieux, infiniment humain, érudit et sulfureux ? Qu’est-il donc allé chercher sur les chemins tortueux de l’histoire, cet homme à la mémoire si lourde ? Des bribes de réponses à des questions incommensurables ? Une quête d’amour et de sexe comme défi à la mort ?
Hanté par les conflits du 20e siècle, en particulier par la tragédie de 14-18 et le souvenir brûlant d’un hameau dont tous les hommes ont été décimés, poursuivi par des souvenirs d’un temps qu’il n’a pas connu – il est né quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale –, il part en Allemagne pour voir dans le corps même de l’ancien ennemi la trace de ces guerres qui ruinent sa mémoire. Invitant Andreas, son amant de Cologne, à donner chair à l’invisible, à incarner une possible réconciliation.
...
Récit, essai, méditation tout à la fois, ce livre inclassable poursuit ainsi un chemin éblouissant, aussi rude que bouleversant, porté par cette question en forme de leitmotiv : « Que faire de tous ces morts, où vivre, comment s’aimer ? »

Michel Abescat, Télérama


La miséricorde corporelle

Un récit hybride qui fait s’entrecroiser l’expérience intime, la mémoire collective, le savoir érudit ; et réfléchit leur inscription dans le mouvement angoissé d’une vie hantée par les épreuves, qui nous rappelle que « nous risquons toujours tout ».

Hugo Pradelle, La Quinzaine littéraire


Mathieu Riboulet, hanté par les victimes du nazisme

Dans Les Œuvres de miséricorde, Mathieu Riboulet se livre, sur les chemins de l’Allemagne, à une magistrale méditation sur les morts des guerres passées.

Marianne Payot, L’Express


Caravagesque

Méditation sur l’amour et la mort, exaltation des corps : un texte âpre et envoûtant.

Jean-Claude Perrier, Livres hebdo

Donnez votre avis