Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Ilya Mouromets

Ilya Mouromets

et autres héros de la Russie ancienne

Auteur : Anonyme

Editeur : Anacharsis

Ilya Mouromets "le vieux cosaque", Volkh, le prince sorcier fils d’un serpent, Mikoula le laboureur... Peuplées de héros surhumains, les Bylines, chants populaires de la Russie ancienne interdites par les autorités mais conservées dans la mémoire des populations disparates des confins septentrionaux de l’Empire, sont habitées par un puissant souffle narratif et emplies d’une magie archaïque.

Occupant pour la Russie mythique la même place que les légendes arthuriennes en Occident, les exploits des bogatyrs ont été transmis dans la tradition orale, recueillis puis retranscrits par les folkloristes du xixe siècle. Parmi ces légendes mouvantes et disparates nous proposons un choix de récits épiques centrés autour de la figure dominante d’Ilya Mouromets, le « Vieux Cosaque », le champion des bogatyrs et sans nul doute le plus célèbre d’entre eux.

Fils de paysan, il devient par magie un puissant héros après trente ans passés calfeutré chez lui incapable de se mouvoir. Ses errances dans un monde coloré, hanté par les immensités des steppes, les fleuves infranchissables ou les hordes de tatars païens, le conduisent à affronter de monstrueux brigands – dont Soloveï, le « Rossignol » au chant destructeur – ou des armées entières qu’il fauche comme on fait avec les blés, et à entrer au service de Vladimir, le glorieux Prince Soleil de Kiev.

C’est au cours de ses pérégrinations que l’on fait connaissance avec les autres héros des Bylines : Mikoula le laboureur, Svygatogor le « Saint-Mont » – si grand que sa tête effleure les nuages – ou encore Volkh le prince sorcier, qui se transforme tour à tour en oiseau, en loup, en auroch ou en zibeline avant de métamorphoser ses soldats en fourmis pour s’insinuer dans les murailles de la capitale du roi des Indes.

Ces récits, jusqu’à présent introuvables en France, sont ici donnés à lire dans une édition sans apprêt superflu, qui laisse résonner toute la force de cette poésie, dont Pouchkine saura s’inspirer dans ses propres écrits.

Traduit du russe par Viktoriya et Patrice Lajoye

18,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
170 pages
ISBN : 978-2-9147-7752-0
Donnez votre avis