Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Nous disions donc, Matteo, que le bruit de la mer empêche les poissons de dormir ?

Nous disions donc, Matteo, que le bruit de la mer empêche les poissons de dormir ?

Auteur :

Editeur : Mot et le Reste

L’auteur nous fait lire des proses brèves où l’image enlumine des paysages secs et spirituels, ivres de poussière et de vent. Les narrations, concises, s’ancrent dans un ailleurs et dans la mémoire écrasée du temps.

14,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
ISBN : 978-2-9153-7813-9
Extrait

« Ne rien faire, au bord du monde, où de vagues cailloux usent le temps sans souci, et les objets perdus. Rien n’est pour rien, mais les rivages sont pour le vide et l’abandon ; à ce qui roule et se tait là ; jusqu’à l’autre ligne, l’extrême, la régulière, à l’opposé de celle-ci que tourmente le baiser sourd des pierres et de l’écume.

La terre et la mer se prennent et se quittent. Aucune fonction n’est attribuée au passant, rien n’attend qu’il intervienne. Le sable, quand la chose lui incombe, retient encore un peu d’humide hasard, puis cède, offrant une place fugace à la trace. Tout est en mouvement, rien n’agit. Ne rien faire est la condition de l’accord. Une fois établi, révocable, alors, le soir, après la pluie, au moment juste où le crépuscule glace tout - les crêtes, dans le dos, coupent soudain le soleil -, on peut suivre des yeux, aux mouchetis de leurs pattes, les errances des oiseaux partis ; en tous sens ils ont couru là, on dirait tout fous.

Donnez votre avis