Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Déserteur

Déserteur

Auteur : Pisket Halfdan

Editeur : Presque Lune

Prisonnier d'une geôle lugubre, le père de Halfdan Pisket se souvient du moment où il habitait ce village non loin de Kars dans la zone frontalière instable entre la Turquie et l'Arménie. Né dans une famille aisée, d'un père turc et d'une mère russo-arménienne, il y menait une vie d'adolescent presque normale même si les alentours sous tension étaient surveillés par les conscrits turcs - les « sans-visage ». Toutes les religions et coutumes cohabitaient en paix mais la terre sombre de ce pays recélait encore le souvenir funeste du génocide arménien. Les évènements dramatiques commencent à s'accumuler lorsque son meilleur ami est abattu par les « sans-visage », alors qu'il ne faisait que prendre du bois dans la forêt. Suite au choc émotionnel, rempli de haine, le jeune homme est terrassé par ses premières crises d'épilepsie. Alors qu'il est enrôlé de force dans l'armée des « sans-visage », il suffira qu'une visite à son père malade soit refusée par sa hiérarchie pour qu'il décide de prendre la fuite. Très vite repris, c'est de cette sinistre geôle qu'il nous raconte - quand il n'est pas torturé - son histoire chaotique, au rythme des crises d'épilepsie et des flash-back, créant ainsi une pulsation très singulière entre la réalité transcendée pleine de poésie et le récit historique. Basée sur des interviews du père de l'auteur et des anecdotes tirées de sa vie dans les années 60-70, cette histoire troublante d'une famille qui part en lambeaux est sublimée par un dessin intense, tourmenté et convulsif.

18,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
106 pages
ISBN : 978-2-9178-9725-6
Les avis

La presse en parle

Rarement la désintégration d'un homme, d'une famille et, au-delà, de toute une société, a été aussi intensément mise en scène. Premier volet d'un triptyque que Halfdan Pisket (né en 1985) consacre à l'histoire de son père, Déserteur est une oeuvre à la première personne, âpre et puissante. Non seulement le jeune dessinateur danois est parvenu à se glisser dans les souvenirs douloureux de son daron, mais il a aussi su en faire une oeuvre cathédrale. Profondeur, émotion, rythme, onirisme, cohérence, nombre d'or et grain de folie : rien ne manque. Et le dessin n'est pas en reste. De ce noir et blanc somptueux, où le trait semble fait au scalpel, jaillit une lumière crue, qui écrase visages et paysages, et confère aux ombres une densité mystérieuse. Il y a du Pratt dans cette façon de découper l'image, de figurer la lune ou de saisir au vol la beauté d'une femme. La Turquie, quant à elle, n'en sort pas grandie. Pauvre et grand pays qui semble depuis longtemps n'avoir d'autre horizon que le pouvoir absolu, le nationalisme bas du front et la répression.

Stéphane Jarno, Telerama

Donnez votre avis