Recherche
4 699 auteurs

Roger Vailland

Écrivain né en 1907 à Acy-en-Multien (Oise). Licence de philosophie en 1925. Cofondateur de la revue Le Grand Jeu avec, notamment, René Daumal et Roger Gilbert-Lecomte. Entre dans la Résistance en 1942, devient correspondant de guerre sur le front d'Alsace. Auteur de nombreux romans, d'essais, de pièces de théâtre, de récits historiques et d'Écrits intimes. Mort à Meillonnas (Ain) en 1965.

Livresebooks
Les liaisons dangereuses: ou La vertu des libertins
Poche

Publié en 1953, Laclos par lui-même est un essai littéraire comme Vailland savait si bien les faire (Eloge du cardinal de Bernis, Cahiers rouges). En relevant les points communs qui existent entre l'auteur des Liaisons dangereuses et certains de ses personnages, en soulignant les...

Voir le livre »

Sacré métier ! Roger Vailland journaliste

De l'âge de vingt ans jusqu'à sa mort, à cinquante-huit ans, Roger Vailland n'a jamais cessé d'être journaliste. Même si cette activité diminue considérablement après 1957, quand, en retrait du militantisme politique après la révélation des crimes de Staline, il devient un écrivain...

Voir le livre »

La réunion

Roger Vailland est un plaisant voyageur. Aux ruines, aux musées, aux statues, il a toujours préféré les alcools forts et les belles de nuit. Sur l'île de la Réunion, il traque le plaisir, le singulier, le vivant. Il n'aura jamais voyagé, n'aura jamais écrit que pour tuer l'ennui...

Voir le livre »

Comment Travaille Pierre Soulages

Recueil d'articles parus au début des années 1960 dans le journal estudiantin communiste Le Nouveau clarté. L'auteur, qui fréquente l'atelier de P. Soulages et lui donne la parole, analyse étape par étape sur le processus de création. Il s'interroge sur le bien-fondé d'une peinture...

Voir le livre »

Le Saint-Empire

Roger Vailland a écrit le Saint Empire en 1950, lors de sa période d'engagement politique actif qui donnera naissance à des ouvrages aussi célèbres que 325 000 francs ou Beau masque. Tout entier façonné par le rationalisme et le goût du libertinage qui le poussaient à jeter aux gémonies...

Voir le livre »

Eloge de la politique

Ce texte, paru le 26 novembre 1964 dans«le Nouvel Observateur», est le dernier article de Roger Vailland, son testament politique, a-t-on dit parfois. Huit ans auparavant, il s'était retiré de la politique à la suite des révélations du rapport Khrouchtchev. En 1960, il s'écartait du Parti...

Voir le livre »

Quelques réflexions sur la singularité d'être français

Ce bref essai fut écrit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il cherche à définir ce qu'on pourrait appeler l'esprit français et la singularité de la nation française.

Voir le livre »

Les mauvais coups
Poche

Retranchés dans une maison du Jura, Milan, décorateur parisien, et sa femme, Roberte, jadis si libertins, se haïssent de s'être trop aimés... Ce second roman de Vailland fut publié pour la première fois en 1948.

Voir le livre »

325 000 francs
Poche
Roger Vailland
Roger Vailland

› Naissance le 16 Octobre 1907 à Acy-en-Multien (France)
› Décès le 12 mai 1965