Bienvenue

Rejoignez la communauté Rue des livres, gérez votre bibliothèque, partagez vos coups de coeur, faites connaître les livres que vous aimez...

Identification

Pas encore inscrit ?

L'inscription sur le site vous permet de déposer vos avis sur les livres, de pouvoir poster des messages sur le forum, de gérer votre bibliothèque et de participer á la vie du site. Vous ne recevrez de notre part aucune pub dans votre messagerie.

-> Inscription
Rechercher un livre

Les avis de la presse

Crimes de Seine

Au plus près de son sujet, Danielle Thiéry signe un thriller tout ce qu'il y a de recommandable et extrêmement bien documenté.

Philippe Manche, Le Soir

Auteur(s) : Danielle Thiéry - Editeur : Rivages › Voir le livre ›

Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale

Caryl Férey a l'imagination baladeuse, l'humour vinaigrette, le goût des voyages et un sacré talent de conteur.

Télérama

Auteur(s) : Caryl Férey - Editeur : Points › Voir le livre ›

Djinn

Robbe-Grillet nous revient, au meilleur de sa forme, avec une manière de conte fantastique, décoré d’un titre hugolien : Djinn. Que ce djinn-là soit une transcription phonétique du prénom féminin américain Jean, porté par une des figures majeures du récit, c’est une première malice. Elle sera suivie de beaucoup d’autres. Tout est jeu dans ce texte qui ne cesse de se dédoubler, en faisant oublier ce qu’il est pour donner l’illusion parfaite d’autre chose. Ce livre réussit à être, en même temps,...

Jacqueline Piatier, Le Monde

Auteur(s) : Alain Robbe-Grillet - Editeur : Minuit › Voir le livre ›

La vengeance du roi-soleil

Si le roman de Jean Contrucci est passionnant, trépidant, émouvant, le tableau qu'il fait de cette ville aussi fière qu'insurgée, "terre adjacente", comme on disait alors, est édifiant : la Marseille d'hier annonce en effet celle d'aujourd'hui.

Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur

Auteur(s) : Jean Contrucci - Editeur : Jean-Claude Lattès › Voir le livre ›

Autorisation de pratiquer la course à pied

Le photographe Franck Courtès s'est converti à la littérature. Son recueil de nouvelles révèle un authentique talent d'écrivain, avec du souffle. Et du style... Il vous embarque dans ses histoires, l'air de rien, grâce à son art d'installer une atmosphère, une ambiance trouble, et son recueil se lit d'une traite. Lui-même coureur de fond, comme l'héroïne de la première nouvelle, Franck Courtès a du souffle. Et du style. Il réussit le tour de force de nous captiver en décrivant notre morne...

Tristan Savin - Lire

Auteur(s) : Franck Courtès - Editeur : JC Lattès › Voir le livre ›

L'histoire de Bruno Matei

« Lucian Dan Teodorovici colle à l’histoire avec une précision de reporter. […] Sa façon de camper dans le cerveau de son personnage comme pour filmer le mécanisme de l’asservissement absolu est saisissante. Comment réduire un être humain à l’état de pantin ? La démonstration est là, servie comme un constat, à peine teintée d’ironie et heureusement bercée de la secrète mélancolie des marionnettes. Pathétique et glaçante. »

Le Magazine Littéraire

Auteur(s) : Lucian Dan Teodorovici - Editeur : Gaïa › Voir le livre ›

L'histoire de Bruno Matei

« Superbe. […] Teodorovici est le premier auteur de la jeune littérature roumaine à passer la prison politique communiste aux couleurs de la fiction. L’architecture même du roman est exemplaire à cet égard. […] Il suggère un rythme lancinant, inéluctable, qui dit exactement l’enfermement, la réclusion. […] Il invente un personnage saisissant de légèreté et de vertige. […] Lucian Dan Teodorovici est un maître marionnettiste. »

Le Monde des Livres

Auteur(s) : Lucian Dan Teodorovici - Editeur : Gaïa › Voir le livre ›

Les nuits de Vladivostock

Comme disait un poète surréaliste, «il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous». Avec Garcin, ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Son polar extrême-oriental est crédible comme «l'Equipée malaise» d'Echenoz, «le Ravissement de Britney Spears» de Jean Rolin ou certains contes de Borges. Constamment en état d'ébriété, il passe son temps à dérailler sans jamais oublier d'avancer à fond de train, tandis qu'on croise des personnages bizarres reliés par des passerelles invisibles :...

Grégoire Leménager - Le Nouvel Observateur

Auteur(s) : Christian Garcin - Editeur : Stock › Voir le livre ›

Etranges rivages

Indridason replonge son commissaire hanté dans la région des fjords où il a grandi... Etranges Rivages est la septième occurrence de ce cycle et sans aucun doute son acmé. D'ailleurs, une suite est-elle encore possible ? Le dénouement renforce le doute, ce «matin limpide» qui engloutit Erlendur dans une inhabituelle sérénité. Donc, on sait déjà tout, il n'y a même pas de mobile ou de coupable à découvrir, et pourtant tel l'enfant fasciné par le conte, sitôt la lecture finie, on voudrait s'y...

Sabrina Champenois - Libération

Auteur(s) : Arnaldur Indridason - Editeur : Metailie › Voir le livre ›

Etranges rivages

Le paysage, sa beauté autant que sa sauvagerie, en constitue le personnage principal. Indridason a l'art de faire résonner les silences, attentif à chaque geste, à chaque regard. Tout fait sens dans ce chant douloureux et âpre, inspiré, économe de ses mots. Et c'est sans doute le plus beau livre de la série : il s'en dégage une poésie noire et profondément mélancolique, mais aussi, au bout du compte, la lumière vacillante d'une paix possible.

Michel Abescat - Télérama

Auteur(s) : Arnaldur Indridason - Editeur : Metailie › Voir le livre ›

 

Vos avis

Jamais je ne pourrai
Alexis Hayden
2014-06-13
Même si ce roman vise avant tout un public adolescent, j’ai pris énormément de plaisir à le lire. 154 pages seulement, dommage, j’aurais aimé en lire davantage. Il s’agit du journal de bord de Maxime (17 ans) pendant un séjour forcé à la montagne. Le jeune homme s'y dévoile avec beaucoup de sincérité et d'émotion. J’ai adoré la complicité qui unis les personnages, leurs querelles, leur franchise. L'amour de Maxime pour son petit frère...
Un texte émouvant qui m'a fait faire un bond dans le temps et les souvenirs : le bac, les vacances, etc. L'écriture est sans prétention, agréable et la fin très émouvante. Beaucoup d'adultes s’y retrouveront.

Jondalar

Murmures engloutis
Anna Coreisan
2014-06-13
En tant qu’auteure de ces quatorze nouvelles, franchement, je ne vous en conseille pas la lecture. La plupart des histoires qu’elles racontent sont complètement déjantées, délirantes, voire pire : choquantes. A la limite, celles qui parlent d’amour, de mondes virtuels, ça pourrait encore aller. Mais quand j’en viens à évoquer le viol, la pédophilie et autres réjouissances, là ça tourne carrément au sordide. Bien entendu, comme tous ces auteurs qui crachent sur leurs semblables, en douceur et profondeur, je vais faire semblant de m’excuser, en disant que ce n’est que de la satire, de la caricature, du second degré et parfois de l’humour. En fait, je suis certaine que chacun réagira à sa façon, en fonction de ce qu’il est. Tout ira bien si vous êtes pour le mariage des fillettes avant l’âge de neuf ans, si vous êtes prêts à avoir des relations sexuelles avec un enfant robot, si vous rêvez d’une petite étable pleine de femelles (humaines) en chaleur, ou encore si vous pensez que la promesse des soixante-dix vierges au paradis est une arnaque, mais pour les autres… Pour paraphraser un célèbre lama tibétain : si vous n’avez pas commencé à le lire, ne le lisez pas ; mais si vous avez commencé, allez jusqu’au bout ! En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas averti.

coreisan

Pourquoi personne ne lit mon blog ?
Jean-Bernard Desjeanne
2014-06-12
4ème de couverture :
Mais non, je plaisante… La hache c’était juste pour faire peur… Quoique…

Vous voulez tester vos écrits, et affronter la critique en direct ?... Le blog c’est génial…, à condition d’avoir des lecteurs bien sûr, et que ceux-ci daignent laisser un commentaire.

Hier j’ai vu un truc incroyable : un article sur un blog avec 7603 commentaires ! Y a pas de justice.
Lire un article et ne pas laisser de commentaire, c’est comme entrer chez quelqu’un, regarder partout et sortir sans dire ni bonjour ni au revoir ! Parfois chez des gens qu’on ne connait pas ! Le mec aux 7603 messages, j’avoue ne pas lui en avoir laissé un 7604ème. Bon je n’ai pas lu son article non plus ! 

Des commentaires je n’en ai pas eu beaucoup, des visites un peu plus mais ce n’était que des visites bidons que l’on récolte en s’inscrivant sur certains sites. Alors comme mes articles s’allongeaient j’ai eu envie de les éditer. Qu’enfin quelqu’un les lise !

jbdesjeanne

Etang de Thau - dessus et tantôt dessous
Denis Porrachia, Louis Bernard Robitaille
2014-06-11
« L'homme n est pas né sur Terre pour corriger la nature, mais pour en être le fidèle gardien.»
Proverbe indien


Le bassin de Thau est une curiosité géographique. C est une petite mer intérieure de soixante-quinze kilomètres carrés, qui constitue aussi l étang le plus important du Languedoc-Roussillon. Les historiens estiment que sa formation s est produite onze ou douze mille ans avant notre ère et que la bande de terre longeant la mer n a rejoint le mont Saint-Clair qu à l époque romaine. Toujours est-il que cette étendue d eau, reliée à la Méditerranée que par trois minces graus naturels, constitue un milieu naturel tout à fait particulier.

Ce livre va vous faire découvrir la richesse de son écosystème, différent de celui de la mer. Ici la nature qui se développe en vase clos produit une faune et une flore extrêmement denses, mais en modèle réduit. Pour les plongeurs et les scientifiques, Thau offre le spectacle d une nature riche et diversifiée en matière d algues, de limaces, de coquillages et de crustacés.

A travers des rencontres et des portraits de personnalités emblématiques de l étang racontés par Louis-Bernard Robitaille, des images du dessus et de dessous glanées par Denis Porrachia, vous n aurez plus le même regard sur cette mer intérieure.

FdT

Les plages de cendre
Olivier MERIEL, Jean-Jacques LEROSIER
2014-06-11
Mardi 6 juin 1944, à l’heure d’une marée basse, les rivages de Normandie sont noirs de bateaux et d’un rouge-sang de soldats tués au combat. Terribles jours à Omaha, Utah, Sword, Gold et Juno, les cinq plages d’un littoral combattant.
Soixante-dix ans plus tard, des centaines de milliers de visiteurs en découvrent, émus, les cicatrices. Sur terre et sur mer, les virgules de béton que sont les blockhaus ponctuent les jours ordinaires des gens d’ici. Sur la plage de Sainte-Marie-du-Mont, devenue Utah Beach en 1944, les ostréiculteurs juchés sur des tracteurs partent ausculter leurs naissains. Devant Luc et Lion, des pêcheurs amateurs rêvent d’improbables captures. Sur la plage de Colleville, Omaha Beach en langage touristico–militaire, en contrebas du cimetière-jardin où reposent plus de dix-mille soldats, des ados compétitionnent en char à voile. L’été sur la côte, les feux d’artifice rassemblent un monde fou et joyeux.
L’objectif d’Olivier Mériel est bien de saisir des instants d’aujourd’hui, teintés d’une tonalité d’hier. Armé de sa chambre photographique, il capte les fulmars et mouettes tridactyles de la pointe du Hoc, les pannes dunaires d’Utah Beach, des touristes débarquant sur les hauteurs d’Arromanches. Les camping-caristes seraient-ils les nouveaux soldats du XXIe siècle ? « Je montre le vrai avant le beau » sourit Mériel.
Appuyées par des textes courts de Jean-Jacques Lerosier, grand reporter à Ouest-France et auteur de plusieurs livres sur la Bataille de Normandie, la cinquantaine d’images noir et blanc d’Olivier Mériel donnent à voir comment s’est opérée la métamorphose des lieux, comment les paysages ont digéré le long et douloureux feuilleton de la Bataille de Normandie, quelles traces a laissé l’Histoire. Une photo, un texte, chaque page raconte une petite histoire de cette grande histoire.

FdT

HUGOSSE
Alexis HAYDEN
2014-06-11
4ème de couverture :

Cyril, 24 ans, vit tranquille dans un pavillon de banlieue avec sa copine Chloé. En un week-end tout bascule. Il perd son amie, découvre que son voisin François est homo et fait la connaissance d’Hugosse, un ado extraterrestre en pleine fugue, dont la soucoupe (proto dernier modèle) s’est écrasée dans son jardin. Cet alien, aux pouvoirs et aux mœurs étranges, va lui pourrir et lui faciliter la vie pendant trois jours.

Une occasion de comparer les cultures, de les critiquer sans ménagement, mais avant tout d’en rire. Et si nos extraterrestres avaient aussi des problèmes avec leurs parents ? Si nous étions tous, de pères en fils, condamnés à commettre les mêmes erreurs ? Si rien n’était perdu ? Si nous pouvions encore espérer en la race humaine ?

Une belle leçon d’optimisme dans ce monde morose et difficile.

Livre disponible sur Amazon.

alexishayden

Cet autre qui grandissait en moi - Tome 2 - Si tu avais été... - Edition 2014
Alexis Hayden, Erwan Angelofys
2014-06-11
4ème de couverture :
Le divorce de ses parents va complètement perturber la vie de Bryan. En suivant sa mère dans son déménagement, il se croit blasé de tout. Pourtant la vie va lui prouver le contraire.

Des amours, il en a déjà eu, mais à 16 ans, pas facile d'admettre qu’il est une nouvelle fois amoureux d’un garçon !

« J’étais prêt à le nier avec une énergie farouche. Seulement voilà, faire taire ses sentiments n’est pas qu’une question de volonté. J’ai voulu me protéger de cet amour impossible en me persuadant qu’il n’existait pas. Moi, qui avais peur du rejet des autres, je me suis rejeté moi-même... »

Alors tout s’enchaîne de travers : son père qui l’ignore, sa mère qui ne comprend que ce qu’elle a envie de comprendre...

Lætitia... Kévin... Stéphanie... Qui faut-il aimer ?
« Si c’est ton choix... » Mais il n’a pas choisi !

Il va se brûler à la vie, comme ces étoiles filantes s’irradient dans l’atmosphère. Elles brillent d’une grande intensité avant de s’éteindre à jamais. Leur rareté fait aussi leur beauté, elles n’ont pas le choix, pour exister, elles doivent se consumer. Bryan va se brûler à la bêtise des autres, à leur hypocrisie et à leur intolérance aussi.

Edition 2014 disponible sur Amazon depuis janvier 2014.

alexishayden

Deux veuves pour un testament
Donna Leon
2014-06-10
roman sans suspense
impression, de lenteur de mollesse


Ecran secret
Arlette Chauffour
2014-06-10
Un regard décalé, mûr et amusé de cette presque jeune fille sur SON monde et LE monde !
Un tournant cet âge, 13 ans, où devenir grand, grande, prend le corps et l'âme !
Effort soutenu pour mériter ce livre...

Martine, parent et éducatrice

Nymphéas noirs
Michel Bussi
2014-06-04
Tout simplement genial ce livre sur fond d'impressionisme.

copa46

Page précédente [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] Page suivante