Bienvenue

Rejoignez la communauté Rue des livres, gérez votre bibliothèque, partagez vos coups de coeur, faites connaître les livres que vous aimez...

Identification

Pas encore inscrit ?

L'inscription sur le site vous permet de déposer vos avis sur les livres, de pouvoir poster des messages sur le forum, de gérer votre bibliothèque et de participer á la vie du site. Vous ne recevrez de notre part aucune pub dans votre messagerie.

-> Inscription
Rechercher un livre

Les avis de la presse

Le séducteur

Oubliez l’hiver du mois de mai… « Le Séducteur » est là pour réveiller votre sens de l’humour – et vos sens tout court. Ce drôle de roman épicurien et coquin de l’Anglais d’origine sud-africaine Richard Mason est un véritable antidépresseur littéraire.

Philippe Chevilley, Les Echos

Auteur(s) : Richard Mason - Editeur : Robert Laffont › Voir le livre ›

Un bonheur parfait

Les héros de Salter font partie de ces heureux et damnés dont parle Fitzgerald. Ils ont la beauté, la jeunesse, la richesse, ils s'aiment - et subissent un sort mystérieux, qui les fait s'exiler à jamais du bonheur. De Fitzgerald, Salter a aussi la grâce détachée, la politesse aristocratique du désespoir. Il n'est pas de ceux qui poussent des cris : il peint des vies brisées, certes, mais dans l'harmonie. L'élégance feutrée est sa marque de fabrique.

Christophe Mercier, Le Point

Auteur(s) : James Salter - Editeur : Olivier › Voir le livre ›

Crimes de Seine

Au plus près de son sujet, Danielle Thiéry signe un thriller tout ce qu'il y a de recommandable et extrêmement bien documenté.

Philippe Manche, Le Soir

Auteur(s) : Danielle Thiéry - Editeur : Rivages › Voir le livre ›

Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale

Caryl Férey a l'imagination baladeuse, l'humour vinaigrette, le goût des voyages et un sacré talent de conteur.

Télérama

Auteur(s) : Caryl Férey - Editeur : Points › Voir le livre ›

Djinn

Robbe-Grillet nous revient, au meilleur de sa forme, avec une manière de conte fantastique, décoré d’un titre hugolien : Djinn. Que ce djinn-là soit une transcription phonétique du prénom féminin américain Jean, porté par une des figures majeures du récit, c’est une première malice. Elle sera suivie de beaucoup d’autres. Tout est jeu dans ce texte qui ne cesse de se dédoubler, en faisant oublier ce qu’il est pour donner l’illusion parfaite d’autre chose. Ce livre réussit...

Jacqueline Piatier, Le Monde

Auteur(s) : Alain Robbe-Grillet - Editeur : Minuit › Voir le livre ›

La vengeance du roi-soleil

Si le roman de Jean Contrucci est passionnant, trépidant, émouvant, le tableau qu'il fait de cette ville aussi fière qu'insurgée, "terre adjacente", comme on disait alors, est édifiant : la Marseille d'hier annonce en effet celle d'aujourd'hui.

Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur

Auteur(s) : Jean Contrucci - Editeur : Jean-Claude Lattès › Voir le livre ›

Autorisation de pratiquer la course à pied

Le photographe Franck Courtès s'est converti à la littérature. Son recueil de nouvelles révèle un authentique talent d'écrivain, avec du souffle. Et du style... Il vous embarque dans ses histoires, l'air de rien, grâce à son art d'installer une atmosphère, une ambiance trouble, et son recueil se lit d'une traite. Lui-même coureur de fond, comme l'héroïne de la première nouvelle, Franck Courtès a du souffle. Et du style. Il réussit le tour de force de nous captiver en décrivant...

Tristan Savin - Lire

Auteur(s) : Franck Courtès - Editeur : JC Lattès › Voir le livre ›

L'histoire de Bruno Matei

« Lucian Dan Teodorovici colle à l’histoire avec une précision de reporter. […] Sa façon de camper dans le cerveau de son personnage comme pour filmer le mécanisme de l’asservissement absolu est saisissante. Comment réduire un être humain à l’état de pantin ? La démonstration est là, servie comme un constat, à peine teintée d’ironie et heureusement bercée de la secrète mélancolie des marionnettes. Pathétique et glaçante. »

Le Magazine Littéraire

Auteur(s) : Lucian Dan Teodorovici - Editeur : Gaïa › Voir le livre ›

L'histoire de Bruno Matei

« Superbe. […] Teodorovici est le premier auteur de la jeune littérature roumaine à passer la prison politique communiste aux couleurs de la fiction. L’architecture même du roman est exemplaire à cet égard. […] Il suggère un rythme lancinant, inéluctable, qui dit exactement l’enfermement, la réclusion. […] Il invente un personnage saisissant de légèreté et de vertige. […] Lucian Dan Teodorovici est un maître marionnettiste. »

Le Monde des Livres

Auteur(s) : Lucian Dan Teodorovici - Editeur : Gaïa › Voir le livre ›

Les nuits de Vladivostock

Comme disait un poète surréaliste, «il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous». Avec Garcin, ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Son polar extrême-oriental est crédible comme «l'Equipée malaise» d'Echenoz, «le Ravissement de Britney Spears» de Jean Rolin ou certains contes de Borges. Constamment en état d'ébriété, il passe son temps à dérailler sans jamais oublier d'avancer à fond de train, tandis qu'on croise des personnages bizarres reliés par des...

Grégoire Leménager - Le Nouvel Observateur

Auteur(s) : Christian Garcin - Editeur : Stock › Voir le livre ›

 

Vos avis

Samba pour la France
Delphine Coulin
2014-10-17
La réédition au format poche de l'excellent livre de Delphine Coulin à l'occasion de la sortie du film en salle.

Rue des livres

L'école du tonnerre
Sylvie Deshors, Malik Deshors
2014-10-15
un livre très bien. accessible a tous,bien pensé,illustré. tout ce qu'il faut pour avoir du succès.

anonyme

Possédé par un djinn
Elias Zahid
2014-10-15
Tout à fait d'accord. J'ai pleuré à chacunes des pages de son témoignage. Bravo à Elias pour son courage er son humanité!

Samantha

Sauf quand on les aime
Frédérique Martin
2014-10-03
Portrait d'une jeunesse silencieuse, ce roman met en scène des personnages attachants, en quête de liberté et d'avenir, confrontés au défi d'aimer. Humanité, rythme et sensibilité, ce roman dans l'air du temps se lit le sourire aux lèvres, c'est un vrai bonheur.

Antoine, libraire Fnac

Renaissance
Jean-Baptiste Dethieux
2014-10-02
Il s'agit du premier thriller psychologique que je lis ; j'avais peur que le tout ne soit légèrement indigeste, j'avais une certaine appréhension, je l'avoue... Mais le sujet et la couverture m'ont tapé dans l'œil, alors je me suis dit que je n'avais aucune obligation de le lire jusqu'au bout ; personne ne m'en voudrait.
Eh bien, non seulement, je l'ai terminé en seulement quelques jours, ce qui, pour moi, est une première, en général ouvrant un livre juste avant de m'endormir, mais, en plus, je vous le recommande !
Une bonne, une très bonne surprise.
L'auteur nous entraîne dans les méandres des souvenirs de Jean Malenc, de son présent, et de son advenir, sorte de course contre la montre afin de discerner la vérité dans les ténèbres de son passé.
L'écriture nous prend par la main afin de nous faire ressentir la déroute de Jean au plus juste : nous sommes aux premières loges…
Et le final est comme une volute de fumée que l'on s'échine à vouloir attraper… La vérité est malicieuse et vous en serez son joujou.
Bravo à l'auteur, et merci !

LKA

Renaissance
Jean-Baptiste Dethieux
2014-10-02
Renaissance, de Jean-Baptiste Dethieux, est un thriller qui décrit les tourments de Jean Malenc, personnage principal du livre subissant des troubles de la mémoire importants. J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre, et il m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière page. Je le recommande vivement aux lectrices et lecteurs friands de roman noir.

Pauline06

La Traversée des apparences
Virginia Woolf
2014-09-19
Premier roman de Virginia Woolf - Paru en 1915 sous le titre : The voyage out

Etranges Histoires

La Véritable Histoire de Matias Bran (Tome1), les Usines Weiser
Isabel Alba
2014-09-18
Critiques libraires
Matias Bran a 65 ans et est sur le point de mettre fin à ses jours dans son petit appartement madrilène. Il est seul, avec pour toute richesse un téléviseur et 52 cahiers, noircis de toutes les phrases ou citations qui ont attiré son attention au cours de sa vie. Mais une autre richesse est cachée dans le caisson du volet de son salon : une valise en cuir usé, valise qui lui vient de son père et de son grand-père avant lui, valise qu'il n'a jamais songé à ouvrir ! Pour comprendre ce qu'elle contient, il faut remonter le temps, jusqu'au tout début du XXième siècle, en Hongrie, sur les traces des ancêtres de Matias Bran. Point de départ d'une véritable épopée et d'un roman à couper le souffle !
Voici une des phrases qui ont marqué Matias Bran : « Certains endurent toutes les souffrances afin que d'autres puissent ne subir que de petits contretemps ». Ceux qui endurent les souffrances à cette époque ce sont les ouvriers et ouvrières, qui triment 14 heures par jour pour un salaire de misère, qui sont envoyés à la guerre pour défendre les richesses de la bourgeoisie qui les exploite, qui ne cherchent qu'à survivre jusqu'au jour suivant... Jusqu'à ce qu'un « miracle humain » se produise : un des ouvriers, Akos, apprend à lire à Örzse et Ferenc, ce dernier apprend alors à lire à Ilona, qui elle-même l'enseigne à Emma, Boske et Mari, qui transmet son savoir à Frank... et ainsi de suite ! Et comme tout ce petit monde apprend à lire sur un seul et même livre : Le Manifeste communiste de Marx, forcément, ça crée des étincelles et ça fait grincer les dents des patrons...
Roman historique peut-être, roman révolutionnaire sans aucun doute, mais roman magistral, surtout ! Dont le style frappe dès la première page ; ces phrases directes, fortes, comme jetées à la figure du lecteur pour mieux l'interpeller. Dont l'histoire marque indubitablement la mémoire ; impossible d'oublier Anna, Örzse, Miklos, Frank et les autres... « Les petites rues font les grandes villes » est une des phrases retranscrites dans les cahiers de Matias Bran, une phrase que l'on peut transposer ainsi : Les petites gens font les grands peuples ! Ou encore : les petites maisons d'édition font de grands livres...
La véritable histoire de Matías Bran, Isabel Alba, Editions La Contre Allée
Marianne pour la librairie Les lisières


Si Matías Bran décide d’appuyer sur la détente de son pistolet, retourné contre lui, ce soir, on ne trouvera pas grand chose dans son appartement. Une vieille valise, trois photos, et 52 cahiers d’écolier. Pas de papiers d’identité. Il est le seul à savoir qui sont les gens sur les photos, et à quoi correspond sa collection de cahiers. Quant à la valise, c’est encore une autre histoire...

Alors avant que la balle fatale ne traverse son cerveau, remontons un peu le temps, jusqu’en Hongrie, au début du 20e siècle. A la ville comme à la campagne, les ouvriers et les paysans se tuent à la tâche pour engraisser les quelques bourgeois qui les exploitent. Les maladies emportent les enfants bien avant l’heure, dont la plupart de ceux d’Anna Brasz, contrainte d’aller travailler à l’usine après le décès de son mari.

La guerre approche, la révolte gronde, le communisme rassemble. Örzse, Miklós, Ákos, Ferenc, Ilona, Emma, Frank et bien d’autres apprennent à lire, et avec ce savoir vient la pensée organisée. Enfin, ils peuvent combattre avec les mots. Mais suffiront-ils au milieu des guerres, face à un gouvernement sans pitié et sourd à leurs revendications ?

Dans une langue simple et d’une grande poésie, Isabel Alba nous fait trembler aux côtés des ouvriers de l’usine d’armement Weiser. Elle dit la misère, la révolte, le sang versé – ami ou ennemi – et l’espoir, à travers ces quelques visages qui changeront l’histoire de leur pays. Car oui, une autre société est possible, qui ne durera que 133 jours, mais qui aura vu naître la journée de travail à 8h, le nivellement des salaires, le droit de vote pour tous, l’égalité des sexes…
Et Matías Bran, dans tout ça ? Eh bien je ne saurais trop vous inviter à découvrir sans tarder sa véritable histoire au travers de ce sublime roman, premier volet d’une grande saga familiale !

La véritable histoire de Matías Bran, Isabel Alba, Editions La Contre Allée

Hélène pour la librairie Le bateau livre

la contre allée

Enfants au Debarquement
Marc Pottier
2014-09-12
La partie écrite par Françoise Louise permet de se rendre compte de la condition des enfants en situation de guerre. Un récit intense et violent mais qui finit bien.


Alice, Tome 7 : Alice au bal masqué
Caroline Quine
2014-09-11
La série des Alice, que du bonheur, que d'heures de lecture durant les chaudes soirées des grandes vacances ! Alice, Bess et Marion, trois jeunes filles au caractère bien trempé, intrépides, un modèle pour les adolescentes d'hier et sûrement d'aujourd'hui. Cette histoire là est particulièrement intéressante, Alice est "une super woman" toujours prête à aider son prochain.

KIKI2B

Page précédente [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] Page suivante