Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Extrait

Le bruit de la douche

Auteur : David Desgouilles
Editeur : Michalon

Prologue

Nafîssatou Diallo n'aimait pas travailler le samedi. Elle préférait, les week-ends, profiter de la présence de sa fille adorée. Ce matin du 14 mai 2011, elle n'aurait pas, encore une fois, le plaisir de lui préparer son petit déjeuner, ni de tenter d'arracher quelques mots à une ado aux réveils difficiles et grognons. Dans un couloir du Sofitel de Manhattan, derrière son chariot de ménage, elle eut envie de musique. Sa fille, justement, lui avait offert un lecteur MP3 quelques jours auparavant. Elle le sortit de sa poche, démêla péniblement les fils des écouteurs et appuya en continu sur le bouton qui permettait de le mettre en marche. Il n'y avait pas encore beaucoup de titres sur le MP3. Elle trouva assez rapidement ce qu'elle cherchait, le dossier contenant les chansons d'Amy Whinehouse. Elle activa l'appareil et poussa son chariot. Contrairement à celles des deux suites précédentes, la poignée de la porte 2806 n'indiquait pas de panneau «Do not disturb».
Tandis que Nafissatou Diallo pénétrait dans la suite 2806, Amy chantait :
He left no time to regret
Kept his dick wet
With his same oldsafe bet
Me and my head high
And my tears dry
Get on without my guy
You went back to what you knew S
o far removed from...
La femme de ménage pesta contre elle-même. Le MP3 s'était arrêté. Sa fille ne lui avait-elle pas dit que ce genre d'appareil se rechargeait ? La veille au soir, elle avait pourtant remarqué le témoin de batterie qui clignotait mais n'avait pas réagi, l'esprit sans doute occupé par d'autres pensées. La voix d'Amy laissa donc place au silence.
«Fuck», jura-t-elle, en tirant sur les fils des écouteurs. Pendant qu'elle enroulait ces derniers autour du maudit appareil, elle entendit quelque chose. Elle ne bougea pas et tendit l'oreille, concentrée. C'était bien le bruit de l'eau qui coulait dans une douche. L'occupant de la suite avait omis de prévenir qu'il était présent en accrochant le fameux «Do not disturb».
Nafissatou Diallo faisait le ménage depuis trois ans au Sofitel. Elle en avait déjà connu, des situations gênantes. Quelquefois, elle s'était retrouvée nez à nez avec un homme, nu comme un ver, qui avait oublié - pas toujours involontairement - d'indiquer qu'il se trouvait dans la chambre. Et ce couple en pleine action qu'elle avait surpris un matin de l'hiver dernier ! Pudique, la femme de ménage n'avait pas apprécié la vue des deux amants qui s'activaient en silence, ne remarquant même pas sa présence. Craignant un scénario analogue, elle rebroussa chemin. Claquant la porte, elle se dirigea vers la suite voisine.