Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Réunion

Réunion

Auteur(s) : Olivier Page, Pierre Josse, Collectif

Editeur : Hachette Touri

En plein océan Indien, à quelque 10 000 km de la métropole, sous un climat chaleureux habitué aux cyclones et aux pluies tropicales, se trouve un bout de patrimoine national : l'ancienne île Bourbon, celle qu'on appelle ici « l'île intense ». C'est un véritable choc : la nature semble exploser de tous les côtés à la fois ! Partout elle semble se déployer à l'infini, que l'on soit au bord d'une falaise de lave noire, au pied d'un piton aiguisé et verdoyant, face à des chutes d'eau, au bord d'un lagon ou au-dessus de ce fameux volcan, coeur ardent qui dessine le visage de l'île et fascine.La population et ses traditions forment l'autre richesse de l'île. Les Réunionnais sont forts d'un métissage étonnant venu des quatre coins de l'océan Indien : Africains, Indiens, Tamouls, Malgaches, Comoriens et aussi Chinois se sont retrouvés ici pour faire revivre leurs traditions et en créer de nouvelles. Vous serez conquis par les Réunionnais, naturellement attachants et tolérants, par leurs coutumes, leur cuisine épicée, leurs redoutables punchs et leur accent chantant.

12,90 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
ISBN : 978-2-0124-4098-2
Extrait

On est dans l'hémisphère sud : il faut inverser les saisons ! Vu la proximité du tropique du Capricorne, le climat de l'île est bien sûr tropical. Atténuée par la proximité de l'océan, la température sur la côte varie entre 18 et 31 °C. En revanche, en altitude (parfois élevée à l'intérieur), elle peut chuter à 4 °C et dépasse rarement les 25 °C. À 1 800 m, les gelées sont fréquentes, notamment la nuit, en juillet et août. Prévoir des vêtements légers (short, chemisette, maillot de bain) pour la côte, un pull et un coupe-vent pour la montagne (et des chaussures de marche). Le thermomètre peut même descendre en dessous de zéro en haute montagne.
En fait, pour bien comprendre le climat (assez compliqué ici, on vous l'accorde), il faut combiner quelques réalités géographiques : tout d'abord distinguer le bord de mer et l'intérieur des terres (en altitude donc), et par ailleurs faire une différence entre la côte sous le vent (c'est-à-dire protégée du vent - la côte ouest), et la côte au vent (exposée au vent - la côte est).
- L'hiver austral : de mai à novembre, c'est la saison «fraîche». Pendant cette période, il pleut rarement, sauf à l'est, entre Sainte-Rose et Saint-Joseph, où les averses sont fréquentes mais tout de même moins que durant l'été austral. À cette époque, les températures sont moins élevées (mais le risque de pluie également) et la nuit commence à tomber vers 18h. En août, les baleines sont au large des côtes, elles quittent les eaux froides des mers du Sud pour venir mettre bas dans l'océan Indien.
- L'été austral : de novembre à avril, c'est la saison chaude, mais aussi des pluies. C'est la période où il fait le moins souvent beau, comme toujours en zone tropicale : moiteur de l'air et, parfois, des avalasses, pluies torrentielles de courte durée en fin de journée. Beaucoup de nuages dans l'intérieur et en altitude : se lever tôt pour profiter des paysages somptueux. Entre décembre et février, pluies assez régulières, autant le savoir. C'est la période où la côte est s'avère la plus arrosée.
- Le printemps : la période octobre-décembre. La végétation est resplendissante et luxuriante : la «patate à Durand» côtoie les «arbres à Kleenex». Décembre est le mois des fleurs (à ne pas rater, la floraison des flamboyants, qui portent bien leur nom), mais aussi le mois des fruits (litchis et mangues José). Attention : beaucoup de touristes à cette époque-là. Les hôtels, les chambres d'hôtes, les refuges affichent souvent complet. Si vous avez le choix, préférez tout de même octobre et novembre que décembre.
(...)

Donnez votre avis