Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Portrait du Gulf Stream

Portrait du Gulf Stream

Auteur :

Editeur : Seuil

Il influence le climat tempéré du continent européen et conditionne notre vie la plus quotidienne. Mais les effets du Gulf Stream, que l'on dit prêt à disparaître, nous emportent bien plus loin... C'est un voyage Littéraire et pédagogique, nourri par une enquête auprès de scientifiques de renom, auquel nous convie Erik Orsenna.

7,10 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
252 pages
ISBN : 978-2-0208-5958-5
Les avis

Matthew Fontaine Maury, géographe folklorique du XIXe siècle, osait à propos du Gulf Stream : « Il existe un fleuve, en plein océan, qui ne tarit jamais même lors des sécheresses extrêmes et ne déborde jamais, même pendant les pires inondations ; ses rives et son lit sont faits d’eau froide, mais son courant est chaud ; le golfe du Mexique est sa source et son estuaire est l’Arctique. C’est le Gulf Stream . »

Cette description pittoresque, nous le savons aujourd’hui, est presque totalement fausse. Le Gulf Stream ne prend pas naissance dans le golfe du Mexique. Il ne s’écoule pas entre deux rives d’eau froide, il ne se déverse pas dans l’océan Arctique. En fait, il n’a rien d’un fleuve ! Mais la description de Maury est restée longtemps incontestée, à tel point qu’elle est devenue une sorte de croyance populaire, car c’est bien de croyance dont il est question ici, rien de plus.

La légende voudrait aussi que le Gulf Stream soit la cause de la clémence des températures du nord de l’Europe, dont il tempèrerait le climat en réchauffant les eaux côtières; là encore, la réalité est bien plus complexe, et si le Gulf Stream participe à la douceur climatique de ces régions, il ne saurait en être la cause, seule et unique.

Enfin, la mode actuelle qui fait de l’écologie une sorte de nouvelle pensée consensuelle et politiquement correcte fait que l’on se demande si ce courant ne pourrait-pas se tarir, du fait d’un possible réchauffement planétaire, sans oublier de discourir sur les conséquences immenses que cela pourrait avoir, et dont finalement personne ne sait rien.

Erik Orsenna, dont c’est le métier, en fait un roman. Comme il l’écrit lui même, il n’est pas un scientifique, ce qui est largement confirmé par la lecture de son livre. A tout prendre, si vous vous intéressez au Gulf Stream, vous pourrez tout aussi bien utiliser Google. D’autant qu’au plan littéraire, choisir de faire l’éloge des courants ressemble à un sujet de devoir pour des lycéens de Première L. Mais peu importe que le sujet soit ‘facile’, si l’auteur s’en tire avec panache. Or, en l’occurrence, on hésite entre ‘bâclé’ et ‘besogneux’ pour qualifier ce travail. On est bien loin de « l’Exposition coloniale », qui valut à l’auteur le Prix Goncourt en 1988. Dommage.

JMD

Donnez votre avis