Recherche
Plus d'un million de livres référencés
En mouvement : Une vie

En mouvement : Une vie

Mémoires

Auteur :

Editeur : Seuil

Sélection Rue des Livres

En deux mots...
« Tu es une abomination ! Je regrette de t'avoir mis au monde ! ». la mère d'Olivier Sacks

Présentation de l'éditeur
« Sacks ira loin s'il cesse d'aller trop loin », avait noté un professeur perpicace aux environs du douzième anniversaire d'Oliver Sacks, et tout montre en effet que ce dernier est toujours allé de l'avant. Depuis les premières pages de ce livre, consacrées à sa jeunesse obsédée par les motos et la vitesse, jusqu'à sa dernière ligne, l'inépuisable énergie de cet auteur imprègne la totalité de son autobiographie : quand il raconte ses expériences du début des années 1960 - où le jeune neurologue qu'il était découvrit dans un hôpital new-yorkais une maladie oubliée aussi bien qu'un groupe de patients qui allait profondément le marquer -, son ardent désir d'engagement, toutes sortes de rencontres et de voyages inattendus.
Avec l'humour débridé qui le caractérise, Sacks nous révèleque l'énergie qui alimente ses passions physiques - son goût du culturisme, de l'haltérophilie et de la natation - est également à l'origine de ses passions cérébrales. Ses amours, à la fois romantiques et intellectuelles, sa culpabilité de s'être éloigné de sa famille pour s'établir aux États-Unis, son affection pour son frère schizophène, voilà ce qu'il dépeint dans cet ouvrage, tout en parlant en outre des écrivains et des scientifiques qui, tels A. R. Luria, W. H. Auden, Gerald M. Edelman et Francis Crick, l'ont influencé.
En mouvement est l'histoire d'un médecin, d'un auteur et d'un homme aussi brillant qu'original : grâce à lui, on sait mieux comment notre cerveau nous rend humains.

Traduit de l'anglais par Christian Cler.

25,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
424 pages
ISBN : 978-2-0211-7767-1
Les avis

La presse en parle

La vie passionnée et passionnante d'un médecin pas comme les autres, neurologue romantique, exégète inspiré des maux de ses patients.

Juliette Cerf, Télérama

Donnez votre avis