Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Parler comme un livre

Parler comme un livre

L'Oralité et le Savoir (XVIe-XXe siècle)

Auteur : Françoise Waquet

Editeur : Albin Michel

Comment penser l’oralité dans la civilisation de l’imprimé, c’est-à-dire celle de l’Europe savante du XVIe au XXe siècle (universités, académies, laboratoires de recherche) ?
À lire les travaux sur les milieux intellectuels, tout se passe comme si, depuis l’invention de l’imprimerie, l’oralité avait, non seulement perdu sa valeur mais, qui plus est, complètement disparu. Pourtant, savants et lettrés ont enseigné, siégé dans les académies, participé à des colloques, conversé entre eux ; aujourd’hui encore comment imaginer le monde intellectuel – « notre » monde – sans l’oralité, celle des cours et des conférences, des séminaires et des congrès, des interminables discussions dans les couloirs et au téléphone ? Or, ces activités de parole qui constituent une part notable de l’emploi du temps scientifique ont été historiographiquement cantonnées dans le contexte muet de la vie intellectuelle ; on ne les a jamais étudiées en tant que telles. À l’inverse, le contraste est saisissant pour les études portant sur les formes de culture qualifiées de « populaires », c’est-à-dire la culture orale.

On a donc assimilé, d’une part, écrit à cultivé et savant, de l’autre, oral à populaire, illettré, inculte. En plaçant le monde intellectuel sous le signe majeur de l’écrit et de l’imprimé, en réduisant les œuvres de l’esprit à des textes à lire, on a oublié ce par quoi le savoir a aussi circulé et circule encore à son plus haut niveau : la parole. Ce que Françoise Waquet entreprend donc dans ce nouveau livre, c’est d’écrire une histoire culturelle de l’oralité dans la civilisation de l’imprimé, et, par là même, de restituer à l’oralité sa place dans l’histoire intellectuelle.
Au bout de ce parcours passionnant (de la leçon magistrale à la leçon d’agrégation, du séminaire à la session poster), Françoise Waquet montre bien que, même dans ses plus hautes sphères, la civilisation de l’imprimé est également une civilisation orale, que le dialogue, l’échange de mots dans la communication des connaissances assurent non seulement la transmission du savoir, mais aussi son invention, et que l’oralité, en fin de compte, est une « technologie de l’intelligence ».

Vendeur : Amazon
Parution :
ISBN : 978-2-2261-3761-6
Donnez votre avis