Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Le club des incorrigibles optimistes

Prix Goncourt des lycéens 2009

Le club des incorrigibles optimistes

Prix Goncourt des lycéens 2009

Auteur :

Editeur : Albin Michel

Sélection Rue des Livres

Michel Marini avait douze ans en 1959. C'était l'époque du rock'n'roll et de la guerre d'Algérie. Lui, il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Dans l'arrière-salle du bistrot, il a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres. Ces hommes avaient passé le Rideau de Fer pour sauver leur peau. Ils avaient abandonné leurs amours, leur famille, trahi leurs idéaux et tout ce qu'ils étaient. Ils s'étaient retrouvés à Paris dans ce club d'échecs d'arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Et ils étaient liés par un terrible secret que Michel finirait par découvrir. Cette rencontre bouleversa définitivement la vie du jeune garçon. Parce qu'ils étaient tous d'incorrigibles optimistes. Portrait de génération, reconstitution minutieuse d'une époque, chronique douce-amère d'une adolescence : Jean-Michel Guenassia réussit un premier roman étonnant tant par l'ampleur du projet que par l'authenticité qui souffle sur ces pages.

25,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
768 pages
ISBN : 978-2-2261-9392-6
Les avis

Un vrai plaisir. J'ai pratiquement dégusté chaque page. Tous les personnages sont attachants, chacun à sa façon. Le livre est très bien construit et chaque moment de lecture est un délice. Attachant, loufoque même, rigolo par endroits. Tous ces clins d'œil , quelques fois ironiques, nous rappellent aussi notre propre adolescence, nos illusions (quelques fois perdues), nos rêves.

Karim

Quel roman! Si je dois en juger par l'intensité, la tension qu'il génère, c'est un véritable turning-page plein de passion et d'émotion. Ils ne sont pas si nombreux les livres qui vous donnent autant de bonheur de lecture et à vous faire tout oublier. Jubilatoire.

Daisy

Une fois de plus les lycéens ne se sont pas trompés en attribuant le Goncourt à ce premier livre passionnant. Bien écrit avec beaucoup d'humour, personnages attachants .... bref un roman réussi.

philippe64

Pavel, Leonid, Tibor, Imre, Werner, Sacha ont fui l’Europe de l’Est, bannis et réprouvés, sans bagages, l’âme douloureuse mais le cœur plein d’espérance. Russes blancs, russes rouges, léninistes, trotskistes, staliniens, chacun garde solidement ses convictions. Ils se querellent violemment dans leur langue maternelle et se réconcilient en français autour de l’échiquier, leur vrai terrain de partage.
Le bistrot « Le Balto » est le lieu de rencontre élu par la jeunesse du quartier Denfert- Rochereau…et par ce club d’ enragés optimistes Dans l’arrière-salle, Michel, le narrateur, du haut de ses douze ans, réussit à se glisser et se fait adopter par ce groupe haut en couleurs. Bribe par bribe, il retrace leur histoire.
En parallèle il fait revivre la vie quotidienne de sa famille. Le pays se relève tout juste de la Deuxième Guerre Mondiale. La petite bourgeoisie française des années cinquante- soixante s’éveille à la consommation. Elle commence à goûter au crédit en rêvant de voitures et de machines à laver pendant que la Guerre d’Algérie est omniprésente dans tous les esprits. Les adolescents ont la tête ailleurs, dans le rock’n’roll et les matchs de baby-foot !
Un grand roman populaire qui reconstitue minutieusement une époque : celle de « Tante Yvonne » des Parapluies de Cherbourg, de la « guerre froide ».Une époque corsetée et finissante, porteuse du maelström de Mai 68.

foxie

Pour moi, c'est un des meilleurs romans de cette année. Ca se lit d'une traite, c'est passsionnant de bout en bout, avec des reflexions profondes, de l'humour et des histoires bouleversantes qui s'entrecroisent jusqu'à la révélation finale et imprévue

Charlie

Pavel, Leonid, Tibor, Imre, Werner, Sacha ont fui l’Europe de l’Est, bannis et réprouvés, sans bagages, l’âme douloureuse mais le cœur plein d’espérance. Russes blancs, russes rouges, léninistes, trotskistes, staliniens, chacun garde solidement ses convictions. Ils se querellent violemment dans leur langue maternelle et se réconcilient en français autour de l’échiquier, leur vrai terrain de partage.
Le bistrot « Le Balto » est le lieu de rencontre élu par la jeunesse du quartier Denfert- Rochereau…et par ce club d’ enragés optimistes Dans l’arrière-salle, Michel, le narrateur, du haut de ses douze ans, réussit à se glisser et se fait adopter par ce groupe haut en couleurs. Bribe par bribe, il retrace leur histoire.
En parallèle il fait revivre la vie quotidienne de sa famille. Le pays se relève tout juste de la Deuxième Guerre Mondiale. La petite bourgeoisie française des années cinquante- soixante s’éveille à la consommation. Elle commence à goûter au crédit en rêvant de voitures et de machines à laver pendant que la Guerre d’Algérie est omniprésente dans tous les esprits. Les adolescents ont la tête ailleurs, dans le rock’n’roll et les matchs de baby-foot !
Un grand roman populaire qui reconstitue minutieusement une époque : celle de « Tante Yvonne » des Parapluies de Cherbourg, de la « guerre froide » aussi. Une époque corsetée et finissante, porteuse du maelström de Mai 68.

foxie

Donnez votre avis