Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Monarques

Monarques

Auteur(s) : Sébastien Rutés, Juan Hernandez Luna

Editeur : Albin Michel

Sélection Rue des Livres

« Comme les Monarques, quitter le sanctuaire pour migrer sur des routes dont le souvenir n'est pas nôtre, quêter ces lieux qu'on n'imagine qu'en rêve, se sacrer soi-même souverain de monarchies nouvelles ou, en chemin, se brûler les ailes. »
1935. Augusto Solís, affichiste mexicain, brûle d'amour pour Loreleï, qu'il abreuve de lettres à l'adresse parisienne qu'elle lui a laissée en quittant Mexico. Mais c'est Jules Daumier, jeune coursier à l'Huma, qui habite là désormais. S'engage alors entre les deux hommes une correspondance assidue, à la fois dense et fantasque dans laquelle Jules rend compte à Augusto des démarches qu'il entreprend pour retrouver sa dulcinée. Deux générations plus tard, les petits enfants de Jules et Augusto rééditent leur échange épistolaire, se cherchant à travers ces épisodes mi-historiques mi-imaginaires, tentant d'éclairer leur propre personnalité et de se réinventer un passé.
De Mexico à Ménilmontant et au Vel'd'Hiv, dans un Paris peint par Doisneau et sur fond d'actualité vivante du Front Pop' et du 2e conflit mondial, ce foisonnant roman épistolaire qui mêle personnages réels et de fiction retrace une histoire d'amitié aussi surprenante que profonde, traverse les mers et embarque le lecteur dans un univers formidablement romanesque.

Née au Mexique devant une bouteille de rhum et un soda pamplemousse, l'idée de ce roman de la mémoire, aussi baroque que virtuose, est celle d'un jeu de piste à la Cortázar entre deux écrivains : le Mexicain Juan Hernàndez Luna et le Français Sébastien Rutés.

21,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
384 pages
ISBN : 978-2-2263-1810-7
Les avis

« Comme les Monarques, quitter le sanctuaire pour migrer sur des routes dont le souvenir n’est pas nôtre, quêter ces lieux qu’on imagine qu’en rêve, se sacrer soi-même souverain de monarchies nouvelles ou, en chemin, se brûler les ailes. »

Il y a les livres que l’on survole d’un œil distrait, des livres captivants qu’on ne peut lâcher mais qu’on oublie à peine la dernière page tournée, des livres qui mettent les nerfs en pelote, des livres qui font rire, des livres qu’on relit, des livres qui font pleurer, des livres que « nondécidemmentonnelirapas », et puis il y a quelques fois UN livre qu’on aborde avec intérêt et qui vous happe littéralement pour ne plus vous lâcher, et bien « Monarques » c’est CE livre.

Il serait absolument navrant de vous en dire trop car chaque chapitre apporte son lot de découvertes et je ne voudrais pas gâcher votre plaisir. Il reste qu’un avis est censé mettre en appétit alors si je ne vous en dit pas plus je vais lamentablement échouer dans ma mission…alors, je tente.

« Monarques » c’est d’abord un livre d’aventures. Vous allez voir du pays. d'abord Paris ou plus précisément Ménilmontant. Le Paris du Vel’d’Hiv’ et de l’explosion du Front Populaire, puis le Mexique, la politique, le soleil et ses matchs de catch de la Lucha Libre, l’Amérique toute scintillante et corrompue d’Hollywood, Berlin, au moins bon moment, étouffé par les hordes nazies, le Maroc, le Canada, l’Espagne et la tristesse de sa guerre civile.

Un long voyage à travers les lieux, le temps. Une quête aussi, celle des souvenirs et de la réflexion sur la mémoire, l’héritage.

Vous allez palpiter grâce à de sombres histoires d’espionnage pendant l’époque ô combien troublée de la seconde guerre mondiale.

Vous allez croiser des personnages ébouriffants, certains sont inquiétants d’autres attendrissants. Certains sont authentiques d’autres directement nés de l’imagination très fertile des deux auteurs et tous s’entrecroisent avec bonheur dans ce roman foisonnant.

Il y a de l’amour, du vrai, de l’illusoire, du passionné. De l’amitié qui défie tous les pièges, qui soulève des montagnes.

Vous allez vous retrouver chez l’oncle Walt en pleine création de « Blanche neige » et pénétrer les secrets de fabrication de cette usine à créer du rêve. Vous allez croiser Goebbels et un Adolph Hitler ébahi devant les 7 nains et l’adaptation des vieux mythes germaniques (pour le coup ce n’est pas une invention).

Vous allez rencontrer Maurice Tillet, ce catcheur français atteint d’acromégalie, surnommé « l’Ange », et je vous défie de ne pas être bouleversé par son passage dans ce roman.

Les « Monarques » ce sont ces grands papillons de couleurs vives qui partent du Mexique pour rejoindre le Canada, et dont le voyage du Sud au Nord dure sur plusieurs générations. Tout comme ce roman, c’est coloré, gai, triste et poétique.

Il y a trop de choses à dire, en même temps je ne veux pas vous dévoiler le fil conducteur de l’histoire. C’est un roman épistolaire également, ce qui est un genre littéraire qu’on ne rencontre pas si souvent.

C’est le roman de l’amitié entre les deux auteurs, mais de la tragédie aussi, puisque Juan Hernandez Luna est décédé au cours de ce projet littéraire. Sébastien Rutès a alors décidé de mener à bout cet ouvrage. Seul.

Ce roman est MAGNIFIQUE. Construit avec beaucoup de sensibilité, d’intelligence et d’humour également. Tout à la fois sombre et lumineux, rythmé avec une force créative remarquable.

BRILLIANT.

Mireille www.polardeuse.com

Donnez votre avis