Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Madame Proust

Prix Renaudot Essai 2004

Madame Proust

Auteur : Evelyne Bloch-Dano

Editeur : LGF

A la question : " Quel serait votre plus grand malheur ? ", Marcel Proust avait répondu : " Etre séparé de maman, " Jeanne Proust, née Weil en 1849 dans une famille juive venue d'Alsace et d'Allemagne, est la mère d'un des écrivains français les plus célèbres. Possessive, aimante, omniprésente même après sa mort dans l'œuvre de son fils, elle l'a protégé, éduqué, influencé, bien au-delà de l'image pieuse du baiser nocturne dans A la recherche du temps perdu.
Jeanne demeure, à bien des égards, un mystère. Pourquoi cette héritière d'une bourgeoisie juive éclairée épouse-t-elle Adrien Proust, fils d'épicier catholique sans fortune ? Comment cette polyglotte, pianiste, amoureuse des livres, va-t-elle encourager la vocation de son fils ? Sait-on qu'elle traduisit Ruskin pour lui ? Comment accepte-t-elle les ruses et les foucades d'un enfant malade et gâté qui dort le jour et travaille la nuit ? Faut-il admettre les amitiés d'un garçon qu'on devine peu attiré par les femmes ? Cette première biographie de " la maman du petit Marcel " reconstitue la vie d'une mère muée en vestale, en collaboratrice, en gouvernante, à travers les centaines de lettres qu'échangent deux êtres que rien ni personne ne sépare. C'est une histoire d'amour autant qu'une visite intime chez les Proust.

7,10 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
282 pages
ISBN : 978-2-2531-1698-1
Les avis

L'avis de Rue des livres

C’est une très belle biographie que signe là Evelyne Bloch-Dano, qui éclaire bien des aspects de l’œuvre à venir de Marcel Proust, mais c’est aussi avant tout le portrait d’une relation fusionnelle entre une mère et son fils. A ce titre, que l’on apprécie, qu’on lise ou pas Proust n’augure pas de l’intérêt et même, du plaisir que l’on prend à parcourir ces lignes. Et c’est bien là vraiment qu’est l’admirable, à un travail copieux et conséquent de biographe s’allie une plume romanesque, qui dégage l’universel du cas particulier. Tout commence par le mariage de Jeanne Weil et d’Adrien Proust, l’occasion de remonter un peu leur arbre généalogique, et de constater, déjà, la relation fusionnelle entre Jeanne et Adèle, sa mère, et de se voir très bien expliquée l’union voulue et finalement heureuse, d’une juive et d’un catholique, tous deux athées. Puis nait Marcel, le premier enfant, naissance houleuse, on a craint le pire et, de ce pire évité, le petit Marcel tirera une prébende qui sera aussi une charge. Enfant fragile, difficile, émotif (atteint de « nervosisme » comme on disait à l’époque), Marcel est aussi un enfant comme tous les autres. Vous avouerais-je mon ravissement idiot devant son orthographe, à sept et demi ? « j’ai pleuré pendant un cardeur apré cela j’était en sanglot » Ou comme je comprends, lorsque Jeanne part pour deux jours avec Robert, le petit-frère, mais sans emmener Marcel « Celui-ci envisagea une courte seconde de mettre le feu à la maison pour retarder le départ. Il embrassa sa mère autant qu’il put, c’est-à-dire moins qu’il ne l’aurait voulu. » Mais Marcel grandit, souffre de très violentes crises d’asthme, et afflige dans un premier temps son père en raison de son « onanisme ». Il tente bien de lui payer une prostituée, mais rien n’y fait. Marcel n’est pas, et ne sera jamais attiré par les femmes. S’ajoute à cela une vie hors de la norme, il dort le jour, sort la nuit, ne travaille pas de manière assidue. Jeanne, qui l’aime autant sinon plus qu’elle-même, accepte tout dans un deuxième temps, mais de façon tacite. Il y avait une très grande liberté d’expression chez les Proust, mais certains sujets étaient tout simplement inabordables. Encore qu’adolescent, il se livrait beaucoup plus facilement, jusqu’à ce que plusieurs déconvenues l’amènent à déclarer, des années plus tard, à André Gide : « Vous pouvez tout raconter ; mais à condition de ne pas dire Je. » Il ne dira plus Je. Jeanne peut respirer. La relation entre la mère et le fils, sans jamais se relâcher, subit des aléas : « La vérité c’est que dès que je vais bien, la vie qui me fait aller bien t’exaspérant, tu démolis tout jusqu’à ce que j’aille de nouveau mal. » et de conclure : « Il est triste de ne jamais pouvoir avoir à la fois affection et santé. » Phrase écrite sous le coup de la colère – et d’une justesse dont il ne mesure sans doute pas toute la profondeur. D’autant plus cruelle pour une mère. Mais la vie de Jeanne Proust ne se résumait pas à Marcel, c’était une femme active, cultivée, intelligente, qui avait choisi délibérément, et sans aucune aigreur, de se consacrer à sa vie d’épouse et de mère. Tous ces aspects sont très bien développés, nous la rendent infiniment attachante. Au point de ressentir une vraie émotion lorsqu’elle s’éteint, après avoir beaucoup souffert, le mardi 26 septembre 1905, à 56 ans. Et la conclusion d’Evelyne Bloch-Dano est d’une justesse confondante, et si jolie…
cuné

Donnez votre avis