Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Octobre en wagon : Moscou 1918-1920

Octobre en wagon : Moscou 1918-1920

Auteur :

Editeur : Anatolia

Marina Tsvetaïeva est en Crimée chez sa soeur lorsque éclate la révolution d'Octobre : son mari et ses deux filles (la deuxième n'a que quelques mois) sont restés à Moscou. Elle prend le train pour les rejoindre.
C'est ce voyage dans une Russie en plein bouleversement qu'elle décrit dans Octobre en wagon. Et ce train l'emmène vers ce qui sera une des pires périodes de sa vie, l'année 1919 : un grenier misérable dans ce qui fut sa propre maison, la faim, la misère, la solitude (son mari, Sergueï Efron, est parti combattre dans l'armée blanche), la mort de sa fille cadette, les efforts désespérés pour survivre. Survivre matériellement, et nourrir les petites ; garder son âme vivante, écrire et lire ses poèmes, rire, rester soi-même. Marina a une énergie indomptable, l'oeil et la plume acérés, et un formidable esprit de contradiction.
Ses expériences et ses révoltes, ses réflexions, ses douleurs et ses joies sont chaque jour consignées dans son journal intime. Les écrits réunis dans ce volume en sont issus, mais il ne s'agit pas d'un document brut. Lors de son exil à Berlin, en Tchécoslovaquie et en France, elle a retravaillé chacun d'entre eux pour les publier. La plupart ont paru, séparément, dans des journaux d'émigrés.
Elle désirait les réunir en un livre, mais n'y parvint pas de son vivant ; ce témoignage impitoyable de la vie en Russie pendant la révolution effrayait les éditeurs aussi bien sympathisants qu'adversaires de l'URSS. Marina ne se faisait d'ailleurs pas d'illusions : « C'est un livre de vie frémissante de vérité, ce qui signifie que du point de vue de la politique (c'est-à-dire du point de vue du mensonge) il est condamné d'avance.
On y trouve des tchékistes adorables et des officiers blancs sans reproche, les premiers n'y verront que les derniers et inversement. » Livre de vérité, certes, de vérité historique, car ce fut un temps cruel et meurtrier pour beaucoup. Mais il s'agit surtout de la vérité subjective, partiale, partielle d'un grand poète et d'un grand écrivain, d'une femme passionnée, libre et rebelle. Marina avait vingt-quatre ans.

Marina Tsvetaïeva (Moscou, 1892-Elabouga, 1941) est l'une des plus grandes écrivains et poétesses de la Russie du xxe siècle. Son oeuvre a été largement traduite en français.

18,26 €
Vendeur : Amazon
Parution :
256 pages
ISBN : 978-2-3540-6007-7
Donnez votre avis