Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Coma

Coma

Auteur :

Editeur : Mercure de France

« Jadis, enfant, lorsque l'Été résonne et sent et palpite de partout, mon corps en même temps que mon moi commence de s'y circonscrire et donc de le former : le "bonheur" de vivre, d'éprouver, de prévoir déjà, le démembre, tout de ce corps éclate, les neurones vont vers ce qui les sollicite, les zones de sensation se détachent presque en blocs qui se posent aux quatre coins du paysage, aux quatre coins de la Création.
Ou bien, c'est la fusion avec le monde, ma disparition dans tout ce qui me touche, que je vois, et dans tout ce que je ne vois pas encore. Sans doute ne puis-je alors supporter de n'être qu'un seul moi devant tous ces autres moi et d'être immobile dans cet espace où l'on saute, s'élance, s'envole...
Plutôt mourir (comme peut "mourir" un enfant) que de ne pas être multiple, voire multiple jusqu'à l'infini.
Quelle douleur aussi de ne pouvoir se partager, être, soi, partagé, comme un festin par tout ce qu'on désire manger, par toutes les sensations, par tous les êtres : cette dépouille déchiquetée de petit animal par terre c'est moi... si ce pouvait être moi ! »
Récit lumineux d'une crise artistique et spirituelle et de ses prémices dans l'enfance du narrateur, Coma nous entraîne jusqu'aux confins de l'au-delà et nous fait entrevoir une nouvelle naissance. La confiance dans le monde, fondement de l'acte poétique et de l'acte de vivre, enchante ce récit initiatique, qui éclaire l'œuvre faite et à venir de Pierre Guyotat.

19,30 €
Vendeur : Amazon
Parution :
240 pages
ISBN : 978-2-7152-2520-6
Les avis

La presse en parle

Tous ceux que la démarche littéraire de Pierre Guyotat fascine et effraie trouveront dans ces pages une voie d’accès à l’œuvre de cet écrivain à part. Non qu’il ait cédé ici à une faiblesse consentie envers un lectorat inespéré et séductible. Guyotat n’écrit pas pour, il écrit parce que. Parce que écrire est sa douleur et sa respiration ; parce que les mots sont la sécrétion de son corps souffrant ; parce qu’il est sans cesse à la recherche d’une syntaxe propre, susceptible d’exprimer ce langage qui coule de lui. Dépouillé des scories d’une forme bourgeoise, loin des codes établis du roman et du récit, l’écriture de Pierre Guyotat est une musique, un chant, un cri.

Michèle Gazier, Télérama

Donnez votre avis