Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Nous revenons comme des ombres

Nous revenons comme des ombres

Auteur :

Editeur : Rivages

Au Mexique, en 1922, un Chinois anarchiste, un journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, un avocat dont les meilleures clientes étaient des prostituées, et un poète virtuose dans l'art du slogan publicitaire se retrouvaient au bar d'un hôtel pour jouer aux dominos. Paco Ignacio Taibo II faisait son entrée (remarquée) dans le roman noir avec Ombre de l'ombre (Rivages/Noir n° 124).Voici de nouveau les mêmes personnages. Nous sommes en 1941. Le Chinois est en train de construire une route dans la jungle du Chiapas. Le journaliste est contacté par trois écrivains allemands et un rabbin qui lui expliquent que l'ascension de Hitler est le résultat d'une conspiration ésotérique. Le poète, lui, travaille comme agent secret pour le ministère de l'Intérieur et déjoue les projets des sympathisants nazis du gouvernement. Quant à l'avocat, réfugié dans un asile, il convoque ses anciens amis à une partie de poker avec Hemingway.

10,65 €
Vendeur : Amazon
Parution :
Format: Poche
522 pages
ISBN : 978-2-7436-1227-6
Les avis

Au Mexique, en 1922, un Chinois anarchiste, un journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, un avocat dont les meilleures clientes étaient des prostituées, et un poète virtuose dans l’art du slogan publicitaire se retrouvaient au bar d’un hôtel pour jouer aux dominos.

Paco Ignacio Taibo II faisait son entrée (remarquée) dans le roman noir avec Ombre de l’ombre (Rivages/Noir n° 124).

Voici de nouveau les mêmes personnages. Nous sommes en 1941.

Le Chinois est en train de construire une route dans la jungle du Chiapas.

Le journaliste est contacté par trois écrivains allemands et un rabbin qui lui expliquent que l’ascension de Hitler est le résultat d’une conspiration ésotérique.

Le poète, lui, travaille comme agent secret pour le ministère de l’Intérieur et déjoue les projets des sympathisants nazis du gouvernement.

Quant à l’avocat, réfugié dans un asile, il convoque ses anciens amis à une partie de poker avec Hemingway.

Impossible de résumer un roman où gravitent aussi de nombreux personnages réels car, comme le dit Paco Ignacio Taibo, « le roman n’est pas né pour plaire aux amoureux de l’ordre.

Il est là pour distraire par le vertige, pour mettre le bordel, pour en jouir, pour le remuer. »

Un roman surprenant... à ne pas manquer.

mazel

Donnez votre avis