Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Le Zaroff

Le Zaroff

Auteur : Julien d' Abrigeon

Editeur : Editions Léo Scheer

Zaroff manie du couteau comme personne. Il sait écraser une trachée en moins de deux. Noyer une victime est pour lui une promenade de santé. Il a un talent incontesté pour la dissimulation des corps et le recouvrement des traces. Une vieille peau qui bloque la caisse d'un supermarché le samedi, un chanteur moustachu irritant, une troupe de mimes, un théâtreux à écharpe, un pizzaïolo peu attentif... : il tue, il tue, c'est tout ce qu'il sait faire et d'ailleurs c'est son métier. Un métier qu'il exerce avec enthousiasme, sous la plume virtuose de Julien d'Abrigeon qui propose un parcours possible de son destin en forme de " chasses ", " traques " et autres " cavales ". A vous, lecteurs, de choisir le sens de la fuite, de renverser le suspens, en permutant les épisodes. " Je m'appelle Zaroff est le nom que l'on me donne. Je suis vieux, 23 ans, âgé depuis longtemps, j'accumule les richesses dans le dénuement le plus total, j'habite Paris, en Angleterre, sur le continent asiatique, une île de terre ferme. Je suis blond aux cheveux très noirs, le regard sombre, bleu clair, ma taille est imposante, je suis trapu, fort, ma faiblesse physique due à mon âge se ressent sur ma voix claire, étouffée, je déteste les pauvres car ils n'ont pas vécu ce que nous, les pauvres, avons vécu, c'est pour cela que j'abats les riches, j'en suis un, je sais ce que c'est, je suis pour plus d'équité sociale même si cela doit aggraver les inégalités, j'existe n'existe plus n'ai jamais existé sinon dans les rêves de ceux qui ne rêvent pas. J'aime tuer, cela me dégoûte. Je me sens moralement bon mauvais puisque je suis amoralement immoral. "

16,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
119 pages
ISBN : 978-2-7561-0213-9
Les avis

Livre surprenant d'où le fond musical nous entraîne, hors de notre propre volonté, à parcourir les pages et suivre les pérégrinations de (des) personnage(s). Ne cherchez pas un fil habituel de narration, nous sommes en plein dans les sensations, sans émotions surfaites juste les zestes qu'il faut et ne cherchez pas non plus une finalité où l'un des personnages serait le le gagnant et l'autre le perdant. Chacun y laisse des plumes, le traqueur qui chasse et qui s'enfuit, laissant de fausses pistes afin que le chasseur puisse les suivre et se confondre. Il y a juste à suivre la musique et elle nous entraîne hors des enceintes de la littérature poésie habituelle et trop conventionnelle. Laissez-vous envahir, défaites-vous de vos connaissances et de vos anciennes lectures, il y a là un voyage, un vrai périple et de nouveaux horizons à découvrir. Le thème... en fait, on s'en fout. Julien d'Abrigeon s'est appliqué à nous faire entendre sa musique et seule, cela semble compter pour lui. Le reste ne démontre que l'absurdité de notre Société actuelle et au scalpel, il dépèce nos habitudes de vieux rentier rangé qui ne sait quoi faire de ses journées de 24 heures. A contrario, ses personnages ne font qu'aller et venir, courir et se poursuivre, sans but, sans explication, sans cause et sans effet, autres que ceux créés par celui qui tue sur commande ou envie, que celle qui le pourchasse sachant qu'elle tuera le tueur mais sous le couvert de la Loi. Voilà toute la condition humain qui se veut un sens à sa venue alors qu'il n'y en a pas, autre - peut-être - que celui d'être là et de se survivre.

YEDOV

Donnez votre avis