Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Quand ces dames tuent !

Quand ces dames tuent !

Auteur(s) : Otto Penzler, Collectif

Editeur : Archipel

Sélection Rue des Livres

«Il ne faut jamais faire entièrement confiance aux femmes», estimait Arthur Conan Doyle. Eût-il croisé les héroïnes de ce recueil - tour à tour vénéneuses, machiavéliques, démoniaques -, le père de Sherlock Holmes aurait été plus catégorique encore...

Il ne faut jamais faire confiance aux femmes ! Fort de cette certitude, Otto Penzler a demandé à dix-sept maîtres du suspense de lui livrer une nouvelle - le plus souvent inédite -mettant en scène une femme dangereuse.
Après lecture de ce recueil, quelle sens pourra-t-on encore accorder à l'expression «sexe faible» ? Si ces dames ne vous brisent pas le coeur... elles vous l'arracheront !

L'un des plus grands spécialistes du suspense américain, Otto Penzler, né en 1942, est à la fois éditeur et libraire (il dirige la célèbre Mysterious Bookshop de New York). Le Prix Ellery Queen lui a été décerné pour sa contribution à la littérature policière. Parmi les recueils qu'il a édités : Vengeances mortelles et Meurtres et obsessions (Albin Michel, 1999 et 2001).
«Je suis généralement avare de superlatifs, mais je suis obligée d'admettre que Quand ces dames tuent est l'une des meilleures anthologies criminelles de tous les temps.»
Janet Evanovich

Recueil de 17 nouvelles d'auteurs anglo-saxons les plus connus du roman noir : Michael Connelly, Thomas Cook, Jeffery Deaver, Ed. McBain, Ian Rankin, etc.

22,34 €
Vendeur : Amazon
Parution :
390 pages
ISBN : 978-2-8418-7948-9
Extrait

Ed McBain

IMPROVISATION

- Eh bien... si on tuait quelqu'un ? proposa-t-elle.
Elle était blonde, évidemment, grande et élancée, vêtue d'une élégante robe de cocktail noire, au décolleté plongeant et fendue à la cuisse.
- Déjà vu, répondit Will. Déjà fait.
Elle écarquilla ses yeux d'un bleu glacé offrant un contraste saisissant avec le noir de sa robe.
- Guerre du Golfe, expliqua-t-il.
- Ce n'est pas du tout la même chose, dit-elle en retirant l'olive flottant à la surface de son Martini pour la gober d'un geste sec. C'est d'un meurtre que je vous parle.
- Un meurtre ? Hum hum... Vous pensez à quelqu'un en particulier ?
- Que diriez-vous de la fille assise au bar, là-bas ?
- Ah... une victime choisie au hasard. Mais en quoi est-ce différent d'une victime en temps de guerre ?
- Une victime précise choisie au hasard. Alors... on la tue, oui ou non ?
- Pourquoi ?
- Pourquoi pas ?
Will avait rencontré cette femme vingt minutes plus tôt. À vrai dire, il ne connaissait même pas son nom. Sa proposition de tuer quelqu'un était venue en réponse à une entrée en matière qui avait déjà fait ses preuves auprès de nombreuses inconnues, à savoir : «Voyons... qu'est-ce qu'on pourrait bien faire pour s'amuser un peu, ce soir ?»
À quoi la blonde avait répondu : «Eh bien... si on tuait quelqu'un ?»

Donnez votre avis