Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Journal 1942-1944

Journal 1942-1944

Suivi de Hélène Berr, une vie confisquée

Auteur(s) : Hélène Berr, Mariette Job

Editeur : Tallandier

Sélection Rue des Livres

« J'ai porté la tête haute, et j'ai si bien regardé les gens en face qu'ils détournaient les yeux. Mais c'est dur. D'ailleurs, la majorité des gens ne regardent pas. Deux gosses dans la rue nous ont montrées du doigt en disant : "Hein ? T'as vu ? Juif." Mais le reste s'est passé normalement. Je suis repartie pour la Sorbonne ; dans le métro, encore une femme du peuple m'a souri. Cela a fait jaillir les larmes à mes yeux, je ne sais pourquoi. » « Pourquoi suis-je si inquiète ? Objectivement, il y a de quoi, parce que j'ai l'impression que nous sommes la dernière fournée, et que nous ne passerons pas entre les mailles du filet. Il ne reste plus beaucoup de juifs à Paris ; et comme ce sont les Allemands qui font les arrestations maintenant, il y a peu de chances d'y échapper, parce que nous ne serons pas prévenus. » D'avril 1942 à février 1944, cette jeune fille française a tenu son journal au jour le jour. Un texte d'une qualité littéraire exceptionnelle, où se mêlent l'expérience quotidienne de l'insoutenable et le monde rêvé des lettres, où alternent à chaque instant l'espoir et le désespoir. Ses derniers mots, le 15 février 1944, « Horror ! Horror ! Horror ! », sont un pressentiment de l'inéluctable. Arrêtée le 8 mars 1944, elle est déportée à Auschwitz avec son père et sa mère. Elle survit presque jusqu'au bout à l'épreuve, succombant à l'épuisement à Bergen-Belsen en avril 1945, quelques semaines avant la libération du camp.

20,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
300 pages
ISBN : 978-2-8473-4500-1
Les avis

Hélène Berr commence ce journal en avril 1942,
elle avait 21 ans. Dans la première partie elle consigne des éléments de sa vie quotidienne. Dans la seconde, d’août 1943 à février 1944, la teneur est toute autre. Elle écrit pour Jean,
son fiancé, et pour elle-même, pour auvegarder « son âme et sa mémoire ». Pour elle, c’est un devoir de raconter la vie des « étoilés » durant cette période maudite et la souffrance
qui l’a toute entière envahie et qui est celle de tous ces êtres victimes de la barbarie, celle de toutes ces vies volées.
Ces pages reflètent l’intensité de l’émotion et de la souffrance devant l’inconcevable : l’anéantissement organisé
et systématique de millions de personnes sous le seul prétexte qu’elles sont « juives ».
Un témoignage grave, exceptionnel et précieux qui résonnera longtemps dans votre cœur.

Cat2008

Donnez votre avis