Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Terre des oublis

Terre des oublis

Auteur : Duong Thu Huong

Editeur : Sabine Wespieser

Sélection Rue des Livres

Alors qu'elle rentre d'une journée en forêt, Miên, une jeune femme du Hameau de la Montagne, situé en plein cœur du Vietnam, se heurte à un attroupement : l'homme qu'elle avait épousé quatorze ans auparavant, dont la mort comme héros et martyr avait été annoncée depuis longtemps déjà, est revenu. Miên est remariée avec un riche propriétaire terrien, Hoan, qu'elle aime et avec qui elle a un enfant. Bôn, le vétéran communiste, réclame sa femme. Sous la pression de la communauté, Miên, convaincue que là est son devoir, se résout à aller vivre avec son premier mari. Au fil d'une narration éblouissante, la romancière passe de l'un à l'autre des personnages de ce triangle tragique. Miên tente désespérément de se réhabituer à un homme épousé très jeune, physiquement détruit par des années de combats et d'errances dans la jungle, mû par la seule obsession d'engendrer un fils. La jeune femme, nuit après nuit, vit un calvaire. Elle ne peut oublier Hoan qui, résigné, a fui vers la ville où, malgré ses succès commerciaux, il vit un enfer. Plongeant dans le passé de ces trois innocentes victimes, éclairant leurs destinées individuelles par l'évocation d'une société pétrie de principes moraux et politiques, convoquant leur quotidien dans une somptueuse description de sons, d'odeurs et de couleurs, Duong Thu Huong donne véritablement corps à son pays.
Terre des oublis, grand roman de l'après-guerre du Vietnam, est un livre magistral.

29,40 €
Vendeur : Amazon
Parution :
794 pages
ISBN : 978-2-8480-5039-3
Les avis

Un grand roman vietnamien.
Dès les premières pages nous sommes plongés dans le drame : Bôn est revenu, Bôn qui fut le mari de Miên le temps d’un été fugace, quatorze ans plus tôt, Bôn dont l’avis de décès est arrivé plus de cinq ans après son incorporation dans l’armée. Le voici, là devant Miên qui, déclarée veuve s’est remariée avec Hoan, union heureuse entérinée par le ciel et par les hommes, de laquelle est né un fils. Elle ne peut, ni ne veut, quitter Hoan et pourtant elle sait qu’elle va devoir se conformer aux coutumes du village et vivre avec Bôn qui revient en héros, en combattant, qui a sacrifié sa vie pour la patrie.
Elle demande cependant à Hoan de prendre la décision, assure qu’elle s’y conformera. Hoan qui a été réformé à cause de ses pieds plats, qui l’empêchent de marcher, sait qu’il ne pourra continuer à vivre avec Miên maintenant que son ancien mari est revenu ; sa propre conscience lui interdit de disputer Miên à Bôn. Mais bien que sa raison l’admette son cœur amer se cabre de rancune. Cette séparation est trop barbare, insupportable.
Miên après avoir demandé une semaine de grâce à Bôn va vivre avec lui dans une modeste cabane, elle qui avait connu avec Hoan une vie agréable sans souci du riz quotidien.
Au fur et à mesure du déroulement du roman nous allons faire plus ample connaissance avec les trois principaux personnages du roman :
- Miên qui après avoir connu une enfance misérable est devenue une jeune femme éblouissante, séduisante et riche, mille fois différente de celle qu’a connu Bôn ;
- Hoan, fils unique d’un instituteur rigoureux et candide chez qui l’hypocrisie et la lâcheté du monde extérieur étaient exclus, qui a été attiré dans un piège alors qu’il était puceau et contraint à un mariage qui lui aura volé sa jeunesse, ses espérances et empli son cœur de haine jusqu’à ce qu’il rencontre Miên et que leur amour efface ce triste et douloureux passé ;
- Bôn, qui contrairement à Hoan n’a jamais été beau mais avait pour lui autrefois sa jeunesse, sa vigueur et qui aujourd’hui a les yeux troubles, les lèvres livides, l’haleine terrifiante. Il ressasse son terrible passé et en particulier les sept jours durant lesquels il a tiré derrière lui, pour se protéger des fantômes qui venaient l’empêcher de dormir, le cadavre de son sergent. Le voici désemparé par l’indifférence de Miêm à laquelle il n’a cessé de penser durant toutes ces années et pour laquelle il éprouve un désir violent.
Une narration éblouissante pour décrire l’absurdité tragique de la destinée de ces trois innocentes victimes dans une société pétrie de principes politiques et moraux rigides. Une remarquable description de la vie quotidienne, des odeurs et couleurs du Vietnam.
Ne soyez pas effrayé par le nombre de pages : l’intérêt est perpétuellement relancé, la traduction excellente, et l’on s’installe durablement avec un vif plaisir dans ce magistral roman.
n.b. Duong Thu Huong est née en 1947 au Vietnam. Militante, elle n’a cessé de défendre vigoureusement ses engagements démocratiques au point d’être exclue du parti communiste en 1990, avant d’être arrêtée et emprisonnée sans procès. Elle vit aujourd’hui en résidence surveillée à Hanoï. Terre des oublisest son sixième livre traduit en français. A travers ses livres elle témoigne de ses engagements démocratiques et de son attachement à son pays.

Librairie Le Scribe, Montauban

Donnez votre avis