Recherche
Plus d'un million de livres référencés
L'amour criminel

L'amour criminel

Les mémoires du chef de la sûreté de Paris à la belle époque

Auteur(s) : Marie-François Goron, Jean-Marc Berlière

Editeur : André Versaille

Sélection Rue des Livres

Marie-François Goron a dirigé la Sûreté parisienne de 1887 à 1894. Ayant enquêté sur la plupart des grandes affaires criminelles qui fascinèrent les lecteurs d’une presse alors en pleine expansion, il a, comme nombre de ses prédécesseurs – notamment le célèbre Vidocq –, beaucoup écrit après sa démission de la Préfecture de police.

Ses mémoires, très fiables quand on les compare aux archives officielles, permettent une plongée originale dans le Paris de la fin du XIXe siècle. Portraits de criminels et de “limiers” hauts en couleur, évocation du service de la Sûreté, de ses méthodes et de son personnel, récits de crimes spectaculaires et sanglants, chroniques minutieuses d’enquêtes à rebondissements alternent avec des considérations psychologiques, professionnelles et morales, le tout formant un tableau pittoresque d’une Belle Époque peinte de couleurs inattendues.

Dans L’Amour criminel, l’ancien chef de la Sûreté évoque plusieurs affaires dont la passion constitue le ressort. Parmi celles-ci, l’affaire dite de “la malle à Gouffé” qui éclata à Paris pendant l’Exposition universelle de 1889, passionna le monde entier. Une femme fatale, un guet-apens, une mystérieuse disparition, une malle sanglante, une chasse à l’homme jusqu’en Amérique, un mobile introuvable : tous les ingrédients du meilleur des romans policiers y sont rassemblés.

Entré en 1881 à la préfecture de Police, François-Marie Goron devient en un temps record chef de la prestigieuse “Sûreté”, poste qu’il occupera de 1887 à 1894. Mêlé à ce titre à toutes les affaires criminelles qui passionnent et bouleversent l’opinion, il sait utiliser la presse comme personne avant lui et acquiert renommée et prestige avant qu’une sombre affaire de notes de frais et bons de caisse ne le pousse à quitter la police. Sa reconversion sera la même que celle de Vidocq : police privée et rédaction de mémoires – 21 volumes au total – qui, de 1897 à 1912, vont connaître un succès attesté par des rééditions incessantes. Parus d’abord en feuilleton dans les grands quotidiens, puis édités en volumes, ils recèlent des récits très vivants d’affaires criminelles mystérieuses et sensationnelles qui ont défrayé la chronique dans les deux dernières décennies du XIXe siècle et tenu en haleine le monde entier.

15,20 €
Vendeur : Amazon
Parution :
254 pages
ISBN : 978-2-8749-5058-2
Donnez votre avis