Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Supplique pour ne pas être pendu avec les autres pirates

Supplique pour ne pas être pendu avec les autres pirates

Auteur : Daniel Vaxelaire

Editeur : Orphie

" Oserai-je, monsieur le Juge, Votre Honneur, Votre Ineffable Excellence, perturber quelque peu le cours de notre procès et vous demander de surseoir, si vous le voulez bien, à notre pendaison ? " C'est par ces mots que l'Asticot, dit l'As-de-Pique, dit la Pie, capturé par la marine de Sa Majesté sur le navire forban " l'Aigle des Sept Mers ", commence son interminable et bavarde plaidoirie, devant un juge parisien abasourdi. Au début, il veut seulement montrer comment un fils de bonne famille - enfin, d'une famille glaiseuse mais honnête de Plounévez-Quintin, pétillant village breton de cent âmes - a pu glisser sur la mauvaise pente. Puis il se prend au jeu, et de fil en aiguille... Et pendant ce temps, qui galope pour le sauver ? Daniel Vaxelaire a voulu sourire de lui-même et de ses œuvres plus graves, mais lui aussi s'est pris au jeu : sous la parodie se lèvent un hommage à l'amitié, un appel à la tolérance qui sont autant d'actualité aujourd'hui qu'au temps du roi Louis. Chassez le naturel, il revient à pleines voiles ! Et à quel rythme !

13,00 €
Vendeur : Amazon
Parution :
192 pages
ISBN : 978-2-8776-3197-6
Les avis

C'est un peu invraisemblable : cela ne fait rien. Par traîtrise, l'équipage d'un brigantin qui écumait les mers du Sud se retrouve devant son juge, en grand danger d'être pendus, à Paris, en place de Grève, sous Louis le 14ème. Même, cela ne souffre pas de doute : "pirates ? pendus !" En l'absence du Capitaine, figure vénérée de l'équipage (sauf les traîtres, il faut bien !), hors-la-loi de haute moralité, Monsieur jusque la garde-robe, maintenu en geôle à son procès, tellement - peut-être - est sa parole redoutée, c'est un "béjaune", un jeune de 16 ans - invraisemblance -, Yannick, dit l'as de pique, dit l'asticot - le héros - qui assure la défense devant le juge et toutes les bonnes gens. Mais la langue qu'il a ! Si longue, fleurie et acérée, courtisane et insolente, flatteuse et pourfendeuse, qu'il retient l'issue toute écrite du procès - la corde et les corbeaux qui, de leurs pattes, font gigoter les pendus - trois jours. Ce qu'il raconte ? C'est toute l'histoire, les vicissitudes et les beaux moments, de son enfance où il fut embarqué à cause d'une chèvre, à la geste de l'Aigle des Sept Mers qui est le nom du bateau. En passant, que de coups de griffe, par comparaisons avec leurs méfaits, sur l'immoralité foncière des actions de ceux qui sont du côté du manche, du Pouvoir et du Droit ! C'est très bien, sans fausses notes ni baisse de régime et, en plus, - pieuse invraisemblance encore - ça ne finit pas mal.

Ibidem Serpicon

Donnez votre avis