Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Dr Mukti

Dr Mukti

Auteur :

Editeur : Editions de l'Olivier

Le Dr Shiva Mukti est un psychiatre malheureux. Dans son service de l'hôpital St Mungo, c'est un ballet incessant de patients - les schizophrènes n'ont rien d'exaltant. Il remâche son aigreur et exècre ses pairs, en particulier l'arrogant Dr Zack Busner que la profession encense. Lorsque ce dernier lui envoie un patient pour un second diagnostic, le Dr Mukti est stupéfait. Reconnaîtrait-on enfin ses qualités ? S'agit-il d'un duel ? Ou seraient-ce plutôt les prémices d'un gigantesque complot ? Décidément, rien n'est sacré pour cet écrivain anarchiste qui ne respecte ni la religion, ni la psychanalyse. Will Self démontre une fois de plus que, dans son monde à lui, les soignants sont aussi fous que les patients.

18,30 €
Vendeur : Amazon
Parution :
197 pages
ISBN : 978-2-8792-9542-8
Les avis

La presse en parle

Si à 45 ans, ce père de famille de 4 enfants fume tranquillement la pipe, il y a peu de chances qu'on lui donne un jour du "Sir Will Self". Comment la reine, en effet, pourrait-elle l'anoblir? Longtemps junkie, l'écrivain a été surpris, un jour, à fumer de l'héroïne dans les toilettes de l'avion de John Major. Provocateur, Will Self est un écrivain doué et cultivé qui jette sur la société britannique, un regard féroce et amusé. Il crée des personnages excessifs et invente, pour chacun d'eux, une langue qu'il adapte à leur psychologie. Ses nouvelles victimes sont à nouveau des psychiatres. Shiva Mukti est psy dans un petit hopital. Il est fils d'immigré, autodidacte hindou qui en embrassant cette carrière aurait aimé faire la fièreté de son père. Mukti a un ennemi, un confrère plus âgé, plus admiré et reconnu, lui, par ses pairs, il s'appelle Zack Busner. C'est un notable juif que Mukti jalouse furieusement avec une haine pétrie d'antisémtisme. Will Self démontre comment, par haine, un homme a priori censé, apte à déceler les maladies mentales de ses semblables se laisse gagner par la folie. Naissance et développement d'une détestation qui tourne à l'obsession. Les deux hommes se battent en s'adressant des fous. Chacun d'eux doit expertiser le patient de l'autre. les cas sont graves et délirants. A travers ces pauvres souffrants manipulés, les médecins se testent et se provoquent jusqu'au jour ou un psychotique se jette au cou de Busner et le blesse. "J'ai fait couler le premier sang, dit Mutki, je dois maintenant m'attendre à une riposte sauvage". Le roman devient un western psychiatrique, un thriller même traité comme une farce. Que veut dire l'auteur? On ne le sait pas vraiment, d'ailleurs, la question dérange. Sans doute déplore-t-il les excès de la psychiatrie, son manque d'humanité, la perte de repères de certains soignants. Quand ce Mutki si peu sympathique, dévoré d'ambition, s'exprime, la langue est âpre, rude, haineuse. Cet homme a souffert de son éducation sévère, du manque d'amour de son indien de père, il sombre dans la folie à tel point qu'on ne sait plus, à terme, démêler le vrai du faux. Et si tout ce qu'on lisait n'était qu'une hallucination de ce médecin aigri, fumeur de haschich? Self amuse beaucoup et perturbe. Il aurait dû peindre davantage les deux communautés, juives et indiennes en Angleterre, dépasser la guerre entre ces deux personnages principaux. En tout cas, il est fort probable que les psychiatres le haïssent désormais, qui oserait s'aventurer, en effet, après avoir lu Docteur Mukti, dans le cabinet d'un psy?

Vincent Josse, France Inter

Donnez votre avis