Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Quinzinzinzili

Quinzinzinzili

Auteur :

Editeur : Arbre Vengeur

Sélection Rue des Livres

Bien sûr, cela fait des décennies que la littérature nous annonce l’anéantissement de la race humaine, notre capacité à nous détruire ne se discutant plus. Beaucoup de livres pour un sujet aussi crucial, mais dans le lot peu de chefs-d’oeuvre...
Quinzinzinzili, ce roman au titre improbable, est pourtant de ceux-là, ses rares lecteurs n’en démordent pas, qui s’étonnent toujours de son ironie visionnaire, de son pessimisme halluciné et de ses trouvailles géniales. Publié en 1935, il a été imaginé par Régis Messac (1893-1945), considéré comme l’un des précurseurs du genre, et nous entraîne après le cataclysme, à la suite du dernier des adultes, témoin stupéfait de la renaissance du genre humain : sous ses yeux désabusés, un groupe d’enfants réinvente une Humanité dont l’Histoire a disparu. Et Messac, qui sait que la Civilisation est mortelle, nous offre le spectacle d’une poignée de gosses en train de lui régler son compte...
Stupéfiant, Quinzinzinzili renaît et devrait susciter l’admiration de ceux qui croient davantage aux vertus des Lettres qu’à celles de l’Homme.

13,20 €
Vendeur : Amazon
Parution :
195 pages
ISBN : 978-2-9161-4118-3
Les avis

je déguste lentement le livre et fais la connaissance du monde Messac. Etonnant d'invention !

Guy

C’est un roman très court 177 pages (plus deux préfaces et du rédactionnel), âpre, sans concession sur la nature humaine, le narrateur n’est pas plus épargné que les autres protagonistes.
Ecrit en 1935, ce livre peut être qualifié de dystopie. Le lecteur d’aujourd’hui pensera certainement à Sa majesté des mouche (1954) mais, différence notable, un des protagonistes, le narrateur, est un adulte.
Ce pessimisme est certainement le résultat des expériences de l’auteur qui a participé au premier conflit mondial et était un pacifiste convaincu.

Artemus Dada

Je conseille à tous Quinzinzinzili de Régis Messac (réédité chez l'Arbre vengeur). C'est une lecture très agréable. Le roman de Messac (initialement publié en 1935) est visionnaire. Il y a un petit coté Sa majesté des mouches (un roman que j'adore) dans l'histoire de la survie de ce groupe de gamins. Je ne peux m'empêcher de le comparer à Ravage paru quelques années plus tard. Quinzinzinzili me semble en tout point supérieur au roman de Barjavel !

Erispoe

Avis partagé ! C'est remarquable à tout point de vue. Quelle découverte ! On ne rencontre pas tous les jours un auteur de cette trempe !

Al

Quel livre ! Mais comment a-t-on pu laisser dormir aussi longtemps un roman pareil ?... Espérons que les autres titres renaitront eux aussi, et dans une présentation de même qualité.

simonfaure

au sujet du ton "reactionnaire" et xénophobe" de la SF française de cette époque il faut tout de méme signaler quelques exceptions dont la plus remarquable est Régis Messac ,tres"anarchisant" avec notamment ces diamants noirs" Quinzinzinzili'' et "La cité des asphyxiés"

Reggio

Donnez votre avis