Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Une suite à Moroni Blues

Une suite à Moroni Blues

Auteur(s) : Rémi Carayol, Soeuf Elbadawi, Kamal'Eddine Saindou

Editeur : De La Lune

Recueil de textes parus dans le mensuel Kashkazi et sur le forum Habari en janvier et février 2007, à l'occasion de la parution du livre Moroni Blues/ Chap. Il aux Comores.

Un autre regard sur l'art et la manière de nourrir un débat social au pays du non-dit et du hari hari...

Journalistes, Rémi Carayol, Soeuf Elbadawi et Kamal'Eddine Saindou travaillent tous les trois pour Kashkazi, l'un des rares supports de presse indépen­dants existant aux Comores.

8,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
ISBN : 978-2-9167-3525-2
Extrait

Moroni est un de mes lieux intimes. Un lieu d'écriture. Mon "lieu foetal" s'empresserait de dire mon ami K-To en s'esclaffant sur les plages noires de Mitsamihuli. Ami lecteur ! Ne m'en voulez pas si mes images vous semblent parfois repliées sur elles-mêmes. Elles respirent sciemment l'odeur du passé, l'odeur des filiations perdues, des cadavres du cimetière de Mshe Auber ou de celui du vieux marché situé derrière la grande poste, pour mieux s'en affranchir. Moroni en "légende" m'attriste en réalité. Un Moroni "d'une bourgeoisie d'attardés", comme l'écrit le poète Saïndoune Ben Ali. Un Moroni qui ne me sourit guère. Moroni "des minarets de l'orgueil" précisait-il encore dans le poème. Un Moroni disputée par ses enfants, ses esclaves et ses broussards. Un Moroni qui n'est que leurre et cauchemar. Spectre de haine séculaire contre lequel nous devons nous pré­munir.

Les logiques "fatiguées" du passé insulaire ne doivent à priori nous servir que d'épouvantail, afin de mieux construire l'avenir de nos enfants. Penser et repenser/ inventer et réinventer le mythe des premiers habitants. L'histoire de cette famille (Mwazema no wana) en quête de mieux-être, fuyant le Dimani, traversant Fumbudzivuni à la hâte, pour venir fonder une cité d'espérance au chant du coq face à la baie du Kalawe, là où se tient la vieille mosquée, défaite et refaite, de Hatwibu Ibrahim depuis mille cent soixante seize ans.

Donnez votre avis