Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Derrière mon bureau

Derrière mon bureau

Légendes alpestres / Tableaux de voyage / Actes de vengeance

Auteur : Werner Kofler

Editeur : Absalon

Premier volet de sa « trilogie alpestre », Derrière mon bureau est l’un des grands livres virtuoses de Werner Kofler. Pas davantage que dans Automne, liberté, on ne saurait s’attendre ici à lire une quelconque « histoire » : sa table de travail est au contraire le lieu depuis lequel le narrateur, brouillé avec le monde entier, lance, avec une puissance d’imprécation jubilatoire, des invectives contre la politique et la vie littéraire autrichiennes, mais aussi l’hégémonie politico-économique nord-américaine, et dénonce une « société du spectacle » où, sous prétexte de mémoire, l’histoire donne lieu à une muséalisation artistico-pédagogique à la fois grotesque et terrifiante.

Bien que fourmillant de références géographiques, historiques et médiatiques très précises, cette littérature, à laquelle le narrateur assigne une mission de lutte contre le crime, n’a paradoxalement d’autre objet que de faire rendre gorge à la réalité : l’art doit détruire la réalité, c’est ainsi, détruire la réalité au lieu de se soumettre à elle, et cela vaut aussi pour l’écriture […]. Je dis toujours : hep, réalité, viens par ici, on va régler nos comptes.

Si elle doit détruire la réalité, la littérature, acte anarchiste, doit également pulvériser ses propres codes narratifs, et en particulier le sujet. Qu’elle soit traversée par d’innombrables autres voix ou qu’elle-même au contraire se déporte, la voix narrative, sur laquelle flotte l’ombre tutélaire du Molloy de Beckett, ne cesse d’être livrée au soupçon. En ce sens, ce récit d’une virtuosité rare peut se lire, dans son intégralité, comme un véritable art poétique.
Werner Kofler

Né en 1947 à Villach, en Carinthie, Werner Kofler a commencé à publier, d’abord en revue, dès 1963. Auteur à ce jour d’une quinzaine de récits, de pièces radiophoniques et d’une pièce de théâtre, il est l’une des voix majeures de la littérature contemporaine de son pays, l’Autriche, où son goût de l’invective et de l’imprécation lui vaut d’être rapproché de Thomas Bernhard. Werner Kofler a obtenu de nombreuses distinctions littéraires, dont la bourse Elias-Canetti et le prix Arno-Schmidt.

Traduit de l’allemand (Autriche) et présenté par Bernard Banoun

18,50 €
Vendeur : Amazon
Parution :
188 pages
ISBN : 978-2-9169-2811-1
Donnez votre avis