Recherche
Plus d'un million de livres référencés
Coupable ?

Coupable ?

Auteur : David Hosp

Editeur : Editions First

Une femme officier de police est laissée pour morte dans une ruelle, une balle fichée dans la colonne vertébrale. À son réveil, elle parvient néanmoins à identifier son agresseur : un immigré du Salvador soupçonné d'accointances avec l'un des gangs les plus dangereux d'Amérique du Sud. L'homme est condamné dans la foulée sur la foi des empreintes digitales découvertes sur l'arme du crime et jeté en prison.

Quinze ans plus tard, des irrégularités sont apparues dans la procé­dure - ce qui n'a pas échappé au «Projet innocence», une asso­ciation qui tente d'obtenir la révision de procès bouclés à la va-vite en réclamant des analyses ADN complémentaires. Et voilà Scott Finn, jeune loup du barreau, et ses associés aux méthodes peu orthodoxes missionnés pour réparer ce qui a tout l'air d'une erreur judiciaire : relevé des empreintes falsifié, témoignages douteux, tentatives d'intimidation... Il leur faudra d'abord comprendre pourquoi certains officiers haut gradés sont prêts à risquer leur carrière et leur vie afin d'empêcher qu'on ne rouvre ce dossier. Mais dans cette quête de la vérité, ils vont être amenés à découvrir que la notion d'innocence peut s'avérer toute relative...

20,18 €
Vendeur : Amazon
Parution :
397 pages
ISBN : 978-2-7540-0491-6
Extrait

Finn raccompagna sa cliente jusqu'à l'ascenseur du palais de justice. La future ex-Mme Slocum semblait ravie.
- Merci ! s'exclama-t-elle en l'embrassant au coin de la bouche.
Comme elle entrait dans la cabine, il s'avisa qu'elle portait un gloss parfumé à la fraise.
- Ne me remerciez pas encore, répondit-il comme les portes se refermaient. On est loin d'en avoir terminé.
Il avait ajouté cette dernière phrase pour lui-même car elle ne pouvait plus l'entendre.
Il savait que Meghan Slocum n'avait rien de la victime aux yeux de biche qu'elle interprétait au tribunal. Vraisemblablement, la fortune de Slocum avait compté pour beaucoup dans son empressement à l'épouser et Finn préférait ne pas imaginer ce qu'il trouverait s'il s'avisait de soulever les draps de la vie privée de sa cliente. Néanmoins, elle avait matière à poursuivre son futur ex-mari et Finn ne pouvait s'offrir le luxe de porter des jugements. Et puis, personne ne pouvait prétendre que Slocum avait épousé ce canon de la moitié de son âge pour son esprit. L'affaire était sordide, par quelque bout qu'on la prenne.
- Maître Finn !
Il se retourna et vit venir dans sa direction un homme élégant de sept ou huit ans son cadet - la petite trentaine tout au plus. Son visage lui disait quelque chose mais il n'aurait su mettre un nom dessus.
- Je me présente, Mark Dobson, de Howery, Black. Je suis postulant, spécialisé en affaires de première instance. Nous n'avons jamais travaillé ensemble mais j'entamais ma troisième année lorsque vous êtes parti.
Finn feignit de le reconnaître :
- Bien sûr ! On a dû se croiser, une ou deux fois.
- Une fois, à un dîner réunissant les membres du cabinet. Ravi que vous ne m'ayez pas oublié.
- D'autant que ces réunions étaient en général plutôt arrosées, poursuivit Finn pour meubler la conversation. Alors, qu'est-ce qui vous amène ici ? Vous devez en être à cinq ans de pratique dans le même cabinet. Ça ne fait pas encore un peu jeune pour sortir sans chaperon ?
C'était le point sensible de ces firmes qui envoyaient de jeunes postulants se débrouiller seuls dans la nature et, à l'expression de Dobson, Finn comprit qu'il avait fait mouche.
- Il m'arrive de travailler gratis, se contenta de répondre le jeune homme. Vous auriez une minute pour en discuter ?
Finn n'avait pas eu le temps de répondre que Slocum surgissait, flanqué de son avocat. Ce dernier rattrapa son client par la manche mais la différence de gabarit était trop grande pour que le geste ait aucun impact et le gros homme se précipita vers Finn :
- Vous ne savez pas à qui vous vous attaquez ! lui rugit-il à la figure.
Ce qui n'émut en rien son adversaire. Il avait trop l'habitude de ce genre d'incident pour se laisser impressionner. Il se contenta de lui sourire :
- Au patron des plus grandes cimenteries du comté, pourquoi ?
- Vous n"imaginez pas le nombre d'amis que j'ai, un peu partout...
Le ton semblait tellement menaçant que Finn se tourna vers Dumonds qui les avait enfin rejoints.