Delacroix: «Une fête pour l'œil»

Delacroix: «Une fête pour l'œil»

Auteur(s) : Arlette Sérullaz, Annick Doutriaux
Editeur : Découvertes Gallimard

Tout à la fois romantique et classique, dilettante et bourreau de travail, solitaire et mondain, Eugène Delacroix a tout peint. Passionnément. D'une vaste érudition, il a trouvé son inspiration chez les plus grands, Shakespeare, Goethe, Byron et Dante.
Passant librement du mythe à la réalité, il a traduit avec une rare puissance imaginative les bouleversements de son siècle dans Les Massacres de Scio, La Grèce sur les ruines de Missolonghi, La Liberté guidant le peuple, symbole à jamais de la révolution.
En 1832 au Maroc, il découvre, fasciné, la lumière implacable et l'«Antiquité véritable»;
Aquarelles et croquis se multiplient, pour constituer le substrat d'une centaine de tableaux dont les Femmes d'Alger (1834). De retour à Paris, il se voue aux «grandes lumières de la peinture murale» (Assemblée nationale, Sénat) et, après avoir versé «tour à tour sur ses toiles inspirées le sang, la lumière et les ténèbres», livre à l'église Saint-Sulpice le dernier combat de sa vie. Arlette Sérullaz et Annick Doutriaux éclairent l'univers de ce peintre-poète dans lequel Baudelaire voyait le «chef de l'école moderne».

15,70 €
Parution : Mars 2018
Format: Poche
160 pages
Collection : Découvertes
ISBN : 978-2-0727-7004-3
Fiche consultée 33 fois