Foudroyante pitié : Aristote avec Rousseau, Bassani avec Céline et Ungaretti

Foudroyante pitié : Aristote avec Rousseau, Bassani avec Céline et Ungaretti

Auteur : Martin Rueff
Editeur : Mimesis

L'évidence foudroyante de la pitié constitue l'objet de cet essai. De qui a-t-on pitié ? Quand ? Comment ? A quelle distance faut-il être de quelqu'un pour éprouver ce sentiment ? Doit-on connaître la peine qui l'afflige pour en être frappé ? La pitié a-t-elle quelque chose à voir avec l'expression de la souffrance ou avec son empêchement ? Et si oui, peut-on avoir pitié des animaux ? Ces questions quotidiennes, qui nous concernent tous, semblent avoir été écartées par la réflexion contemporaine qui préfère à la pitié toutes sortes de doubles dont elle tient à la distinguer : l'empathie (plus naturelle), la sympathie (plus universelle), le care (plus socio-politique). Et pourtant, la pitié résiste avec la force d'une évidence vécue.
Cette évidence foudroyante de la pitié constitue l'objet de cet essai. Pour l'aborder l'auteur a suivi des maîtres anciens : Aristote, Rousseau croisent ainsi Céline et Ungaretti. On se demande en passant si une histoire littéraire et philosophique de la pitié est possible.

10,00 €
Parution : Novembre 2018
65 pages
ISBN : 978-8-8697-6171-3
Fiche consultée 29 fois