Toscane

Auteur : Vincent Ollivier
Editeur : Flammarion
Sélection Rue des Livres

Trois coups de feu déchirent le silence estival d'une villégiature équestre en Toscane. Des meurtres au sein de cette petite société policée que seule une passion commune pour l'équitation semblait rassembler? En remontant l'histoire, on découvrira les fils qui relient un couple d'Anglais fortunés et un cynique banquier d'affaires à deux militaires américains en mission en Afghanistan : adultère, détournement d'argent et trafic d'armes. Ce petit monde s'anime et révèle alors un autre visage : celui de riches occupés à s'enrichir davantage, et cachant mal, sous des dehors de grande réussite, l'échec de leur existence.

Toscane est un roman sous haute tension qui met brillamment en scène, le temps d'un été, une petite communauté en plein délitement. Vincent Ollivier, avec mordant et humour, sonde les recoins les plus sombres de ses personnages et, ce faisant, nous livre un roman très contemporain sur l'argent.

19,00 €
Parution : Mai 2018
336 pages
ISBN : 978-2-0814-3317-5
Fiche consultée 26 fois

La presse en parle

Triple meurtre au sein d’une villégiature équestre de Toscane. L’enjeu du premier roman de Vincent Ollivier porte moins sur la résolution de l’enquête que sur l’analyse du comportement de personnages animés par l’argent. Liés par le crime autant que par le goût du lucre, deux militaires américains en mission en Afghanistan, un couple d’Anglais fortunés et un banquier d’affaires se partagent le récit. Au fil d’une narration dont le rythme s’accélère, Vincent Ollivier donne à lire dans Toscane une intrigue dont les ressorts principaux, l’érotisme et l’appât du gain, justifient la crudité de la langue. Roman policier et thriller psychologique se confondent intelligemment sous la plume de l’auteur, avocat pénaliste. Celui-ci joue sur les effets d’écho et de miroir entre les personnages et les situations pour montrer l’envers et l’endroit de son histoire, qui vaut moins par son suspense que par sa critique, acerbe et ambitieuse, d’Homo ­capitalisticus. Ag. Mo.
Le Monde