Dans l'ombre des hommes

Auteur : Anaïs Jeanneret
Editeur : Albin Michel

Tout perdre du jour au lendemain. Quitter Paris et les privilèges d’un milieu envié mais impitoyable. Fuir son mari poursuivi pour trafic d’influence. Devenir la proie d’un infernal harcèlement sur les réseaux sociaux et dans la presse parce que « femme de ».

Dans ce roman contemporain, Anaïs Jeanneret, observant les milieux du pouvoir et leur cruauté, décrit la traque d’une femme prise dans l’engrenage du cyberbashing. Et qui, en choisissant de sortir de l’ombre, s’expose à une violence fatale. Une histoire d’aujourd’hui.

17,90 €
Parution : Janvier 2021
208 pages
ISBN : 978-2-2264-5231-3
Fiche consultée 141 fois

Extrait

Elle sort de l'immeuble sans remarquer la pluie de janvier qui précipite le crépuscule. Dehors, il n'y a pas une âme. La ville semble désertée. Sur l'asphalte mouillé, ses semelles émettent un bruit de succion qui résonne désagréablement dans le silence. Absorbée par l'implosion de son existence, l'étrangeté de cet après-midi ne lui apparaît pas. Dans sa fuite, elle remonte la rue de Varenne vers les Invalides. Un ronflement de moteur se rapproche, puis s'éloigne. À peine a-t‐elle eu le temps d'apercevoir entre les façades d'immeubles en vis‐à-vis la voiture de police passant en trombe sur le boulevard. Elle tourne sur la droite, longe le square d'Ajaccio et commence à percevoir la rumeur. En débouchant sur l'esplanade des Invalides, elle tombe sur un mur de cars de CRS qui bloque le quartier. Elle le dépasse. De l'autre côté, vers la rue Fabert, elle devine la foule malgré la fumée par-dessus laquelle volent quelques projectiles. Elle s'approche encore. Elle ne pense plus. Elle n'a plus d'identité. Elle veut juste se fondre dans la mêlée humaine. Un groupe de femmes quitte le cortège et passe devant elle sans croiser son regard. Quelque part, des cris recouvrent les revendications, aussitôt suivis d'affrontements. Des détonations explosent, puis les manifestants se dispersent pour échapper aux gaz lacrymogènes. Ça ne l'arrête pas. Sans réfléchir, sans le vouloir, elle avance. En première ligne, des jeunes cagoulés vêtus de noir courent tête baissée sur les forces de l'ordre. Quelqu'un lui dit de ne pas rester là. Ses yeux brûlent. Elle suffoque. Elle ne bouge pas. À travers ses larmes, elle voit les poings tendus, les banderoles, la confusion. Elle voit des hommes dont elle ne saisit pas s'ils sont policiers ou frondeurs. Prise entre les Gilets jaunes et les CRS qui s'affrontent chaque samedi depuis des semaines, elle voit ceux qui avancent, ceux qui reculent. Dans chaque camp, la tension est d'une même intensité, l'épuisement marque les visages d'une même violence. C'est comme une vague de napalm, personne n'y échappe. Pas même elle. Sa fatigue se nourrit d'autres défaites. Qu'importe. Dans cet entremêlement de tragédies individuelles, tous partagent le désarroi et la rage. Soudain, il y a une bousculade, un corps percute le sien, on la pousse, on l'entraîne en sens inverse. C'est alors qu'elle est prise de nausées. Alors que sa propre lassitude lui coupe les jambes.
Elle roule maintenant dans les rues illuminées. Les décorations rappellent les fêtes de fin d'année à peine terminées. Plus rien n'évoque les troubles de la journée. Elle traverse le pont Royal, s'engage dans la rue de Rivoli. Elle ne s'est jamais lassée de la beauté de Paris. Ce soir pourtant, rien n'est plus pareil. Un gouffre vient de s'ouvrir devant elle. Place de la Concorde, elle manque faire demi-tour. Mais elle n'a nulle part où aller.
Elle s'observe dans le miroir de l'ascenseur. Avant de venir, elle a pris un bain, enfilé une robe, remis de l'ordre dans ses cheveux, s'est maquillée, puis elle est partie, soulagée de n'avoir pas croisé son mari. Elle espère faire illusion malgré ses traits tirés et ses yeux encore irrités par les gaz. Au fond, elle sait que personne n'y prêtera attention. C'est l'avantage de la cinquantaine. Mais le réflexe de respectabilité demeure. Ne jamais laisser paraître les failles.
Derrière la porte, elle devine les conversations enjouées et les rires. Elle prend une inspiration et sonne. Nathalie lui ouvre.
– Bonjour, ma chérie. Entre. Où est Philippe ?
– Un problème de dernière minute. Il est retenu au ministère.
– Quel dommage ! C'est encore à cause des manifestations ? Je voulais lui présenter Amrish Ajay, le grand industriel indien.
Il y a une quinzaine d'invités, certains que Louise ne connaît pas, d'autres qu'elle a aperçus quelques fois sans parvenir à se rappeler où. Et trois ou quatre qu'elle n'a aucune envie de voir. Elle regrette déjà d'être venue mais Nathalie avait évoqué « un petit dîner juste entre nous ». Elle sourit parce que c'est ce qu'il convient de faire. Mais très vite, la crispation de ses muscles devient douloureuse. Elle maîtrise pourtant l'art du pilotage automatique. Ce soir, c'est au-dessus de ses forces.
– Jean-Jacques, vous connaissez bien sûr Louise Dumont ? L'épouse de notre ministre préféré, malheureusement retenu à Bercy. Enfin, j'espère qu'il pourra nous rejoindre un peu plus tard.
– Secrétaire d'État, corrige Louise sans savoir à qui elle s'adresse.
À voir ses cheveux coupés court, son interlocuteur n'est sûrement pas avocat. Elle s'est toujours interrogée quant à leur goût pour les coiffures échevelées. Sans doute désirent-ils ainsi signifier la nature romantique de leur mission, revendication qui, dans certaines affaires, peut prêter à sourire. Avec sa tête de premier de la classe et sa cravate serrée, elle imagine plutôt Jean-Jacques dans la fonction publique ou la finance. Mais peu importe.
– Vous devez avoir des tas de choses à vous raconter, lance Nathalie dans un éclat de rire aussi absurde que ses propos.
Louise n'a rien à dire à cet homme. En regardant son amie s'éloigner vers d'autres invités, elle peine à se souvenir de la jeune femme qu'elle a connue quinze ans plus tôt. Elle était follement amoureuse d'un artiste peintre et ses rires étaient alors de vrais rires, jusqu'au jour où elle avait annoncé son mariage avec un banquier. Personne n'avait compris. Ou plutôt, tout le monde avait compris.
– Chère madame, votre mari a été parfait la semaine dernière dans cette émission politique. Il a mouché les journalistes avec brio. Vous pouvez être fière de lui !
Louise revoit la tête de Philippe la veille, son visage déformé par la stupeur, mâchoire ouverte et regard de lapin pris dans les phares d'une voiture, puis par la haine. Elle l'entend encore lui jeter à la figure : « Qui es-tu pour me faire la morale, pauvre cruche ! Barre-toi si cette vie te dégoûte, si je ne suis pas à la hauteur de ton éthique, de ta morale à deux balles. On rêve ! »
– Vous regardez beaucoup la télévision, Jean-Jacques ?
Ou s'appelle-t‐il Jean-Pierre ? Elle est prise d'un doute. Mais à la persistance de son air satisfait, elle suppose ne s'être pas trompée.
– Rarement. À part les émissions culturelles et les débats politiques, bien sûr.
– Bien sûr !
Elle s'étonne toujours de voir ces hommes en costume agrafé d'une barrette rouge censée faire toute la différence répondre sérieusement à d'aussi stupides questions. La réponse ne la déçoit pas. À cet instant, Paul Perrier et sa jeune épouse, Mathilde, font leur apparition dans le salon. Jean-Jacques continue ses bavardages sans remarquer que Louise ne l'écoute plus.
– Votre mari a raison de vouloir créer des lois pour encadrer Internet. On ne peut pas laisser un tel espace sans réglementation. Il faut structurer et moraliser ce circuit mondialisé.
– Structurer et moraliser...
Chaque fois qu'elle a rencontré l'assistante de Philippe, Louise a toujours été gênée par son obséquiosité. Ce soir, elle comprend mieux. Elle se demande si Mathilde est au courant des combines de son secrétaire d'État. Si elle fait partie du dispositif. Si, d'une manière ou d'une autre, elle y joue un rôle. Si elle en tire quelque avantage. Louise l'observe au bras de son mari, et elle la trouve parfaite dans son chemisier blanc ouvert juste ce qu'il faut, son pantalon noir et ses escarpins aux talons vertigineux sur lesquels elle ne chancelle pas d'un millimètre, image à laquelle se juxtaposent les photos qu'elle a découvertes cachées dans un dossier de Philippe : Mathilde en lingerie noir et rouge, dans une posture ridicule.
– Passons à table si vous voulez bien !
Nathalie attrape le bras de Louise et l'entraîne vers la salle à manger.
– Ça va ? Je te trouve pâlichonne.
– Tout va bien.
– Je t'ai placée à côté de Bernard. Il t'apprécie beau-
coup.
– Je le connais ? Bernard qui ? Tu me fais la fiche ? – Oh, Louise, tu es infernale ! Bernard Cachon,
patron des moyennes surfaces du même nom. Philippe le connaît.
– Tu m'as gâtée !
– À ta gauche, il y a Stéphane Thinet. Vous pourrez parler livres.
Louise se demande comment elle va survivre à cette soirée. À peine assise face au petit carton où est écrit d'une calligraphie d'un autre siècle Louise Dumont, elle avale le verre de vin qui vient de lui être servi. Elle ne s'est jamais habituée à ce nom qu'elle reconnaît comme une réalité d'état civil mais qui ne reflète pas son identité, aujourd'hui encore moins qu'hier. Elle s'appelle Louise Voileret.
Monsieur Moyennes Surfaces semble plein d'allant.
– Je suis très honoré, Louise, vous permettez que je vous appelle Louise, de passer ce dîner à vos côtés. Je connais votre époux de longue date. Il vous a sûrement raconté cette anecdote très amusante à propos de nos échanges lorsqu'il était au cabinet de Castrani ?

Informations sur le livre